Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:39

France «Honteux! Qu’ils le fassent dans leurs montagnes suisses!»

Deux Suisses ont outré les autorités de Chamonix en posant leur avion à quelque 4500 m, près du Mont-Blanc.

Les deux Suisses ont atterri à quelque 400 mètres du sommet et entamaient l'ascension finale lorsqu'ils ont été repérés.

Les deux Suisses ont atterri à quelque 400 mètres du sommet et entamaient l'ascension finale lorsqu'ils ont été repérés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux alpinistes suisses ont été interceptés par les gendarmes après avoir posé leur avion mardi à 4450 mètres d’altitude, près du Mont-Blanc. L’incident a été qualifié de «provocation» par le maire de Chamonix.

Les gendarmes du PGHM ont aperçu lors d’une surveillance le petit appareil posé entre le mur de la Côte et les Rochers rouges supérieurs, à environ 4450 mètres d’altitude sur la face est du Mont-Blanc, a expliqué le colonel Stéphane Bozon. Une zone, «qui a priori ne fait pas partie des altisurfaces (zones d’atterrissage autorisées en montagne) répertoriées.»

«Proprement inadmissible»

Les gendarmes sont alors allés «recueillir l’identité» des deux occupants, des Suisses qui étaient en train de se diriger à pied en direction du sommet du Mont-Blanc, et leur ont demandé de partir. Ces derniers ont redécollé dans la foulée.

Avec le parquet de Bonneville, «nous réfléchissons à la dénomination qui se rapporte à ce genre d’infraction», a ajouté le responsable du PGHM. Très engagé dans la défense d’une pratique de l’alpinisme respectueuse de l’environnement, Eric Fournier, le maire de Chamonix-Mont-Blanc, a jugé dans un communiqué le «comportement inédit» des alpinistes «proprement inadmissible».

«C'est Disneyland!»

«Il constitue une atteinte intolérable à l’environnement de haute montagne et à toutes les mesures de protection existantes», a-t-il écrit. Et le maire de saluer l’intervention des gendarmes du PGHM «qui servira, je l’espère, à dissuader quiconque de reproduire ce genre de provocation.»

«Le Dauphiné» de ce mercredi rapporte que le maire de Saint-Gervais Jean-Marc Peillex est tout aussi outré par le comportement des deux Suisses. «C’est la suite du Disneyland! Tant que les gens voudront continuer à défier les règles avec leur argent, la montagne sera invivable», peste-t-il. «C’est honteux. Et si c’est une provocation qu’ils le fassent dans leurs montagnes suisses!»

Réservation obligatoire

De très nombreux alpinistes escaladent chaque année le Mont-Blanc, plus haut sommet d’Europe occidentale avec ses 4809 mètres. Ils tentent l’aventure parfois dans de mauvaises conditions de sécurité ou de préservation de l’environnement.

Pour améliorer la situation, et limiter de fait la fréquentation, la préfecture de Haute-Savoie a pris, fin mai, un arrêté obligeant toutes les personnes entreprenant l’ascension par la voie dite «normale» à être en possession d’une réservation en bonne et due forme dans l’un des trois refuges officiels du parcours.

Créé: 19.06.2019, 09h46


Sondage

Selon vous, faut-il conserver...




Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.