Dimanche 25 août 2019 | Dernière mise à jour 15:51

Royaume-Uni Il prend 18 ans pour avoir saboté un parachute

Un mari a tenté à plusieurs reprises de se débarrasser de son épouse pour commencer une nouvelle vie avec sa maîtresse. Il a été condamné à 18 ans de prison.

La victime a miraculeusement survécu à une chute de 1200 mètres après une défaillance de son parachute causée par son mari.

La victime a miraculeusement survécu à une chute de 1200 mètres après une défaillance de son parachute causée par son mari.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un sergent de l'armée britannique a été condamné vendredi à 18 ans de prison pour avoir tenté d'assassiner sa femme à deux reprises, en sabotant son parachute et en provoquant une fuite de gaz chez eux. Emile Cilliers, 38 ans, voulait éliminer sa femme pour commencer une nouvelle vie avec sa maîtresse.

En mars 2015, il avait ouvert le gaz au domicile de la famille où étaient également présents ses deux jeunes enfants, espérant tuer sa femme Victoria, mais la tentative avait échoué. Moins d'une semaine plus tard, son épouse avait miraculeusement survécu à une chute de 1200 mètres après une défaillance de son parachute. Elle avait souffert de graves blessures à la colonne vertébrale, à la jambe et aux côtes.

Emile Cilliers avait auparavant saboté le parachute dans les toilettes de l'aérodrome. «Il est apparu dès le début qu'une intervention humaine délibérée était la seule cause possible de la défaillance à la fois de la voile principale et de la voile de secours», a déclaré la procureure, Amanda Sawetz, lors du procès devant le tribunal de Winchester, dans le sud de l'Angleterre.

«Tous les éléments ont montré qu'Emile Cilliers était l'homme qui avait le mobile et l'opportunité de commettre ces tentatives calculées d'assassiner sa femme», a-t-elle ajouté.

Parachutiste expérimentée, la victime avait réussi à ralentir sa chute, son parachute de secours s'ouvrant partiellement peu de temps avant l'impact. Elle avait atterri dans la terre meuble d'un champ labouré peu de temps auparavant, ce qui avait aussi amorti le choc. (afp/nxp)

Créé: 15.06.2018, 13h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.