Lundi 22 avril 2019 | Dernière mise à jour 00:46

France Incendie mortel à Lyon: piste criminelle privilégiée

Le sinistre qui a coûté la vie à une femme et un enfant, samedi à Lyon, pourrait être volontaire selon la police.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La piste criminelle était privilégiée dimanche, au lendemain de l'incendie d'un immeuble de deux étages à Lyon, a annoncé le parquet. Il avait causé samedi soir la mort d'une femme et d'un enfant et blessé légèrement quatre personnes.

«Deux corps ont été retrouvés, une femme et un enfant», dans l'immeuble touché, avait annoncé samedi soir le procureur de Lyon Nicolas Jacquet, ajoutant avoir ouvert une enquête pour déterminer «les causes et les circonstances» de cet événement.

«Les premières investigations diligentées sous la direction du parquet de Lyon à la suite de l'explosion survenue dans une boulangerie du 8e arrondissement (de Lyon) conduisent à privilégier la piste criminelle et l'hypothèse d'un acte volontaire», a-t-il indiqué dimanche dans un communiqué.

«L'enquête a été confiée à la direction inter-régionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lyon et se poursuit des chefs de dégradations volontaires par substance explosive ou incendiaire ayant entraîné la mort», a ajouté M. Jacquet, précisant que le parquet ne communiquerait pas davantage «à ce stade».

Gros dispositif

Après l'explosion, survenue dans la boulangerie au rez-de-chaussée de l'immeuble situé route de Vienne, l'incendie avait commencé à gagner les étages supérieurs où se trouvent des habitations, avait indiqué la préfecture samedi soir.

L'alerte a été donnée peu après 20h30 et l'incendie a été «maîtrisé» après 21h30, selon la même source. Les pompiers, qui ont déployé 75 personnes et 27 véhicules, ont découvert les deux corps après avoir sécurisé les lieux.

Un gros dispositif de police était également présent, ainsi que des agents de GRDF. Un fourgon, garé devant la boulangerie, avait bougé d'un mètre.

Flammes «de plusieurs mètres»

Les deux victimes décédées pourraient être la femme et l'enfant de l'un des quatre blessés légers, qui a sauté de l'immeuble, avait précisé samedi soir une source proche de l'enquête.

Des témoins, interrogés par l'AFP, ont raconté que cet homme a sauté du deuxième étage, encouragé par des riverains qui l'ont aidé à se réceptionner. Il aurait alors immédiatement déclaré que son enfant et sa femme se trouvaient dans l'immeuble et que cette dernière était enceinte.

«Nous avons reçu un gros souffle de gaz»

Les trois autres blessés légers sont «des passants» qui se trouvaient dans la rue au moment de l'explosion, a précisé la préfecture. «Nous avons reçu un gros souffle de gaz en provenance de la boulangerie. Des morceaux de grillage ont été projetés de l'autre côté du trottoir, blessant deux de mes amis qui sont partis à l'hôpital», a raconté à un homme qui habite juste en face.

«De grosses flammes bleues de plusieurs mètres se sont élevées de la boulangerie, gagnant les deux étages au dessus», a ajouté ce riverain qui se trouvait devant chez lui avec des amis au moment de la déflagration. D'après lui, les gérants de la boulangerie ont ouvert leur commerce «il y a deux ou trois mois» et n'habitent pas sur place.

«Un hébergement d'urgence (a été) proposé aux occupants des immeubles voisins» qui ont été accueillis dans un gymnase et avaient pu rentrer chez eux dimanche matin, a précisé dans un communiqué le maire de Lyon Gérard Collomb, faisant part de «sa très vive émotion et de sa grande tristesse». (afp/nxp)

Créé: 10.02.2019, 13h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.