Jeudi 12 décembre 2019 | Dernière mise à jour 16:23

Italie Introuvable sept jours après son appel à l'aide

Un randonneur français a appelé les secours il y a une semaine, en Italie. Depuis, il n'a plus donné de nouvelles.

Un randonneur français a disparu en Italie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les recherches se poursuivent sans discontinuer dans le sud de l'Italie pour retrouver la trace d'un jeune randonneur français blessé, Simon G., introuvable depuis sept jours dans une vaste zone rocheuse, ont indiqué les gendarmes italiens.

«Nous n'avons pas encore de nouvelles. Les recherches se poursuivent sans discontinuer», ont-ils indiqué à l'AFP, précisant que les deux équipes de recherches mobilisées comptent des alpinistes, des pompiers et des gendarmes.

«Il a dit qu'il était confus»

Le Français de 27 ans, qui vit depuis deux ans à Rome pour rédiger une thèse en histoire de l'art, randonnait près de Policastro, à près de 200 km au sud de Naples. Vendredi 9 août, vers 9 heures du matin, il avait appelé les secours avec son portable. «Il a dit qu'il était confus, qu'il avait les deux jambes cassées, qu'il avait mal», rapporte à l'AFP une amie française se référant à l'enregistrement de l'appel.

Cette amie indique que Simon G., «très sportif et organisé, avait préparé son voyage». Il est vraisemblablement parti la veille, avec un sac contenant de l'eau et des vivres pour quelques jours, mais sans doute pas pour une semaine entière, estime-t-elle, en s'inquiétant de l'intense chaleur de la région.

Une source du Quai d'Orsay a indiqué à l'AFP que la France suivait de près les efforts déployés par les autorités italiennes pour retrouver la trace du jeune homme. Cette source a estimé que les autorités italiennes «déploient d'importants moyens matériels et humains, qui sont renforcés, afin de retrouver Simon G. dans une zone étendue et difficile d'accès». Ceci passe par «des survols par hélicoptère et drones, le recours à des équipes de spéléologues, la mobilisation de volontaires, et de la reconnaissance depuis la mer».

«Il nous faut de l'aide»

Sur place, Delphine, la mère du randonneur, juge cependant les effectifs déployés insuffisants. «Il nous faut de l'aide, nous sommes à plus sept jours, c'est insupportable», a-t-elle confié à RTL. «Le terrain est très difficile d'accès et ils ne sont que douze pompiers à pouvoir accéder, c'est absolument insuffisant».

«Il faut que la France ou l'Italie envoie des pompiers formés à la haute montagne, des spéléologues... Il faut beaucoup plus d'équipes que ça. Même avec la meilleure volonté du monde, les équipes en place, qui travaillent beaucoup, ne peuvent pas couvrir toute la zone», explique-t-elle.

Une quinzaine d'amis de l'étudiant sont également arrivés sur place pour participer aux recherches «On fait tout ce qu'on peut mais là, on est bloqués. Il faut vraiment qu'on nous aide», implore la maman. (afp/nxp)

Créé: 16.08.2019, 15h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.