Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 21:47

Procès «J’ai dû subir 20 à 25 greffes»

Cela fait trois ans qu’un père de famille est à l’AI, depuis l’explosion du sauna d’un ami à Montreux. Ce dernier est accusé de lésions corporelles graves par négligence.

Image: Jean-Guy Python

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Ma vie a complètement changé depuis l’accident. Je n’ai plus le même physique ni le même moral. Mes douleurs aux yeux, mes vertiges, mes maux de tête et ma fatigue que je ne gère plus me le rappellent au quotidien, plusieurs fois par jour…» Bojan* a bien failli mourir. En témoigne sa vingtaine de greffes de peau, en raison de brûlures au deuxième et troisième degrés sur les deux tiers du corps. Père de deux jeunes enfants (7 et 3 ans), ce Macédonien devenu rentier AI ne se sent plus capable de s’en occuper si son épouse n’est pas à ses côtés.

Porte retrouvée 20 m plus bas

«Il m’arrive de m’endormir subitement et de ne plus parvenir à me réveiller», a déclaré hier au Tribunal de l’Est vaudois cet ex-technicien en salle d’opération, dans le cadre du procès de son ami Stefan* (56 ans) – économiste bernois domicilié à Montreux, à la tête de plusieurs entreprises de nettoyage et de conciergerie.

«Nos enfants voient que la peau de leur père est différente; ce n’est pas facile de trouver les bons mots pour expliquer ce qu’il s’est passé…» a témoigné la femme du quadragénaire face à la Cour, submergée par l’émotion. «Stefan m’a écrit quelques SMS pour m’encourager, mais seule sa femme est venue voir mon mari à l’hôpital.» Et pourtant, le séjour du Macédonien au CHUV avait duré deux mois, dont trois semaines au service des grands brûlés, plongé dans un coma artificiel. Sans parler des trois mois suivants, passés à la Clinique romande de réadaptation de la Suva. «C’est clair que je suis vachement désolé de ce qui lui est arrivé; ça aurait pu être moi, ma femme ou mes enfants», a lancé le quinquagénaire, accusé de lésions corporelles graves par négligence suite à l’explosion du sauna aménagé sous les places de parking de sa villa, alors que le permis de construire délivré par la Municipalité de Montreux l’interdisait clairement.

L’accident remonte à trois ans presque jour pour jour. La bise soufflait à près de 50 km/h sur l’arc lémanique en cette fraîche après-midi de mai 2014. Alors domicilié à Vevey, Bojan avait convenu avec Stefan qu’il passerait le voir en fin de journée pour lui couper les cheveux. Les deux hommes s’étaient rencontrés sept ans plus tôt grâce à des amis communs, et le Macédonien «rendait de petits services» à l’entrepreneur, comme la tonte du gazon de sa villa. Le Bernois n’étant pas encore rentré chez lui, Bojan s’est rendu dans le sauna «clandestin» de Stefan pour faire usage des WC aménagés dans le local. En allumant la lumière, c’est l’explosion. La déflagration est si violente que la porte sera retrouvée 20 m plus bas.

En cause: une forte concentration de gaz, provenant de la fuite d’une conduite passant sous ladite dépendance. «Il savait que l’érection d’une construction au-dessus d’un tel raccordement pouvait être très dangereuse, a tonné le procureur Gabriel Moret à l’heure de son réquisitoire. On ne saurait reprocher un défaut crasse de contrôle à la Compagnie du gaz de Vevey, même s’il est vrai qu’ils n’ont pas fait tout juste.»

«L’ingénieur géomètre ment»

«On accable mon client alors que le seul qui a menti dans cette affaire est son ingénieur géomètre mandaté pour le début des travaux (ndlr: ayant trait aux places de parking de la villa)», a plaidé l’avocat de Stefan, Me Alexandre Guyaz. Le professionnel de la construction aurait omis de renseigner son mandant qu’une conduite de gaz se trouvait sous l’emplacement prévu pour la réalisation du sauna. Un local que l’entrepreneur bernois avait fait aménager dans un deuxième temps, sans recourir à l’ingénieur géomètre.

La juge unique, Angèle Wellauer, rendra son verdict aujourd’hui. (Le Matin)

Créé: 12.05.2017, 06h27

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.