Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 19:29

Affaire Varone «J'ai commis une erreur, je le reconnais»

Le commandant de la police valaisanne s'exprime ce matin après avoir été retenu cinq jours à Antalya par les autorités turques. En cause, une pierre retrouvée dans ses bagages à son retour de vacances.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef de la police s'exprime à titre privé, dans sa commune de Savièse. Candidat à la candidature au Conseil d'Etat, le Valaisan devait embarquer dans un avion pour regagner la Suisse après des vacances en famille, la semaine dernière, lorsqu'il a été arrêté en raison d’une «pierre» retrouvée dans ses bagages.

Selon son avocate turque commise d'office, l'objet en question serait en fait un morceau de marbre appartenant à une colonne de l’époque romaine. La femme de loi a en outre déclaré que Christian Varone avait lui-même pris l'objet à l'origine de tous ses tourments, et non pas un enfant, comme cela avait été rapporté dans un premier temps.

Une pierre sale et sans inscription

Dans une salle communale pleine à craquer, le commandant de la police a commencé par jurer qu'il ne dirait que la vérité. Il a aussi reconnu qu'il avait lui-même emporté «l'objet du délit». Un objet qu'il jure n'avoir jamais caché.

Christian Varone a toutefois présenté ses excuses à la Turquie. Il rappelle avoir pris la pierre en question loin à l'extérieur d'un site historique, au bord d'une route, ce qui attestait à ses yeux de son peu de valeur. «Sale et sans inscription», elle mesurait environ vingt centimètres. «Je ne suis pas archéologue et ne pouvais pas savoir si cette pierre était antique ou pas.»

Le commandant de la police valaisanne ne remet pas en question ses ambitions politiques. «J'ai commis une erreur, je le reconnais. J'assume la responsabilité de mes actes.» Il n'a pas mauvaise conscience. «Le juge m'a libéré sans aucune condition. Je n'ai pas eu accès au dossier, et ne sais pas encore quelles seront les suites.»

«Je suis un père de famille»

Pourquoi dit-il à présent avoir lui-même emporté la pierre, alors que l'acte d'un enfant avait été évoqué dans un premier temps? A cette question, Christian Varone ne répond pas directement. Mais en tant que père de famille, dit-il, il ne veut pas que quiconque dans ses proches paye pour cette affaire.« J'ai été touché émotionnellement. Durant ma détention, j'ai tenu le coup grâce à l'amour de mes proches, à mon optimisme, et à ma foi.»

En allemand, le commandant de la police a dit n'avoir «rien contre la Turquie», un pays merveilleux. Il insiste sur l'endroit où a été retrouvé l'objet, à 200 mètres de l'arrêt du bus qui l'amenait à l'hôtel. Il n'a pas vu de panneaux et n'était pas au fait de la législation turque. Et d'espérer que sa mésaventure serve d'avertissement pour les autres touristes. (Le Matin)

Créé: 03.08.2012, 10h53