Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 08:45

Inde Violentes manifestations après un viol collectif

Un journaliste de télévision a été tué par balle dimanche, après que la police a ouvert le feu sur des manifestants venus soutenir une actrice victime de violences sexuelles.

Lors d'une manifestation, le 23 décembre à New Delhi, plusieurs manifestants demandaient la peine de mort pour les violeurs d'une jeune fille de 23 ans le 16 décembre, gravement battue à coups de barres de fer.

Lors d'une manifestation, le 23 décembre à New Delhi, plusieurs manifestants demandaient la peine de mort pour les violeurs d'une jeune fille de 23 ans le 16 décembre, gravement battue à coups de barres de fer. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le journaliste de 36 ans travaillait pour la chaîne Doordarshan et a été tué à Imphal, capitale de l'Etat du Manipur, a indiqué un porte-parole de la police A. Singh.

Cette mort survient alors que la capitale du pays est le théâtre depuis plusieurs jours de manifestations à la suite du viol collectif d'une jeune étudiante.

La victime, une étudiante kinésithérapeute de 23 ans, a été violée à bord d'un autobus par six hommes dimanche dernier, avant d'être battue à coups de barre de fer, ce qui a provoqué de graves blessures intestinales. Elle a ensuite été jetée du bus, avec le jeune homme qui l'accompagnait.

Hospitalisée en soins intensifs, la jeune femme commençait ce week-end à aller mieux, selon les autorités de l'hôpital. Elle a livré son récit aux enquêteurs, pour la première fois samedi.

«Les six hommes m'ont tous violée tour à tour», a-t-elle déclaré à la police, selon le Hindustan Times de dimanche. «Ils nous ont jetés (du bus) sur le bord de la route, et je me suis évanouie».

Ses déclarations correspondent aux renseignements donnés par son compagnon.Les six attaquants présumés ont tous été arrêtés et placés en prison.

Selon la police, les six hommes étaient saouls au moment des faits. Ils avaient pris place dans un bus hors service et ont pris en charge le couple, qui pensait monter dans un bus public et qui rentrait d'une soirée au cinéma.

Violentes manifestations

Cette affaire a provoqué une vague d'indignation dans le pays, où les victimes de viols et d'agressions sexuelles peinent souvent à obtenir justice.

(afp/nxp)

Créé: 23.12.2012, 22h04

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.