Lundi 27 janvier 2020 | Dernière mise à jour 09:51

France Jugés en appel pour le meurtre d'un retraité

Ils avaient tué un retraité avec un sabre pour lui voler une centaine d'euros. Les 2 frères passent à nouveau devant les juges à Strasbourg où en première instance ils avaient pris 22 ans.

La justice de Strasbourg se penche sur le procès en appel de deux frères qui ont assassiné un retraité.

La justice de Strasbourg se penche sur le procès en appel de deux frères qui ont assassiné un retraité. Image: archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procès en appel de deux frères qui ont tué en octobre 2016 un retraité d'un coup de sabre, devant son épouse, pour un butin de 110 euros, s'est ouvert mardi à Strasbourg.

Le procès a débuté malgré la grève des avocats et la demande de renvoi formulée par les avocats de la défense.

La Cour a rejeté cette demande, suivant l'avis de l'avocat général Alexandre Chevrier qui a jugé difficile de renvoyer l'audience sans infliger une épreuve supplémentaire à la veuve de la victime. Alexandre Chevrier a également souligné que les deux frères se trouvaient en détention provisoire depuis trois ans, de sorte qu'un renvoi de près d'un an de l'affaire poserait des problèmes de délai raisonnable.

Lors du procès en première instance, les deux frères, aujourd'hui âgés de 28 et 30 ans, avaient été condamnés à 22 ans de réclusion, assortis d'une période de sûreté des deux-tiers, pour extorsion de fonds avec violences ayant entraîné la mort.

Une peine supérieure aux réquisitions du parquet, qui avait demandé 20 ans. Les deux frères avaient fait appel.

Butin de 110 euros

La victime, un retraité de 63 ans, se trouvait avec son épouse dans leur camping-car sur un parking de Bourbach-le-Haut (Haut-Rhin), un village des Vosges alsaciennes, après une journée de randonnée, quand les deux frères avaient fait irruption dans le véhicule pour leur demander de l'argent, armés d'un pistolet à grenaille et d'un katana (un sabre japonais,ndlr).

Le retraité avait été mortellement blessé par un coup porté à l'abdomen avec le sabre. Les assaillants avaient pris la fuite avec un butin de 110 euros.

Le plus jeune des deux frères, Guillaume, avait porté les coups. Il a expliqué avoir tenté de repousser le retraité, qui voulait s'emparer du pistolet braqué par son frère, Alexandre. «Ils reconnaissent les faits mais ils n'ont eu à aucun moment l'intention de donner la mort», a insisté auprès de l'AFP Jean-Christophe Loew, l'avocat d'Alexandre, avant l'ouverture du procès en appel.

Pour Me Marylène Correia, qui représente la famille de la victime, «il y a un auteur moral et un auteur qui a porté le coup fatal: Alexandre est l'instigateur et l'auteur moral et doit être condamné de la même façon que son frère».

«La justice ne serait pas rendue si Alexandre avait moins que Guillaume», selon elle, alors que «Guillaume est complètement sous la coupe d'Alexandre».

Le verdict est attendu vendredi. (afp/nxp)

Créé: 14.01.2020, 11h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.