Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:45

Australie Un kangourou attaque sauvagement un môme de 5 ans

Sans l’intervention de son papa, le garçon aurait pu succomber à l’agression du grand marsupial.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La semaine dernière, relate le «Sydney Morning Herald», l’Australien Brenton Dyer effectuait des travaux dans sa maison de Valla Beach, en Nouvelle-Galles du Sud, à l’est de l’Australie, lorsqu’il a entendu un cri d’enfant. Il a d’abord pensé que ses deux fils Jedd et Lewis, 10 et 5 ans, devaient se chamailler. Mais le second hurlement lui a glacé le sang. Et il a vu derrière un nuage de poussière son cadet piétiné et griffé par un kangourou.

«C’était de l’instinct de survie»

Jedd jouait à une septantaine de mètre de sa maison lorsqu’il a été attaqué. Son papa a immédiatement sprinté pour tenter d’aller le secourir. «J’ai juste couru aussi vite que j’ai pu, mais j’avais l’impression que mes pieds étaient en plomb», a témoigné Brenton Dyer. «Je ne pensais même pas. Je l’ai attaqué, plaqué, frappé et frappé encore. C’était de l’instinct de survie.»

Le marsupial s’est ensuite relevé. Il a semblé vouloir lancer une nouvelle attaque contre le père de famille. Mais il a finalement décidé de filer.

«C’était vraiment choquant»

Brenton Dyer a alors vu l’état de son bambin. «Heureusement, Lewis portait quelques couches de vêtements. Les griffures ont déchiré sa veste, une chemise et un t-shirt pour entailler sa peau», témoigne-t-il dans le «Sydney Morning Herald». «Il avait l’air d’avoir été sur un ring avec un tigre», a-t-il ajouté dans la version australienne du «Daily Mail». Et de lâcher: «Si je n’avais pas été là, il serait probablement aux soins intensifs ou même mort.»

Bev, la maman du garçon, s’est dite stupéfaite par la férocité de l’attaque et l’ampleur des blessures subies. «Sa tête était griffée mais je n’ai vu les plaies sur son dos que quand je l’ai mis sous la douche pour le nettoyer. C’était vraiment choquant», commente-t-elle dans le «Sydney Morning Herald». Mené à l’hôpital, le petit Lewis s’en est finalement sorti avec quelques points de suture. Mais il reste choqué.

Un animal d'1,80 m

Son grand frère Jedd également. Il a raconté le début de l’agression. «J’ai vu les kangourous se diriger vers nous et nous avons commencé à courir. Le plus grand a attaqué Lewis et l’a plaqué. J’étais vraiment inquiet.» L’animal mesurait environ 1 mètre 80, selon les médias australiens.

La mère de famille a encore noté que l’attaque était inquiétante. Car ses enfants «ne représentaient aucune menace» envers les kangourous lors de l’agression. Et elle a été très surprise de constater que beaucoup de gens ne pensaient pas que les kangourous pouvaient être si dangereux.

Quant aux autorités, elles rappellent qu’il faut signaler les individus agressifs. Et ne jamais laisser des enfants seuls en présence de kangourous.

Créé: 23.08.2019, 11h02

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters