Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 19:38

Canada Un kayakiste meurt sur le Grand lac des Esclaves

La victime dont le kayak s'est renversé mercredi a été identifiée comme étant Thomas Destailleur. Un Français de 30 ans.

Le kayak renversé avait ensuite été repéré par avion et la dépouille transportée dans les locaux du médecin légiste pour une autopsie. (Image d'illustration)

Le kayak renversé avait ensuite été repéré par avion et la dépouille transportée dans les locaux du médecin légiste pour une autopsie. (Image d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un kayakiste français qui effectuait un périple devant l'amener à l'océan Arctique, a trouvé la mort dans le nord du Canada, ont annoncé samedi les autorités canadiennes. Le bureau du médecin légiste des Territoires du Nord-Ouest a indiqué dans un courriel que le corps d'un kayakiste, retrouvé mercredi sur le Grand Lac des Esclaves, avait été identifié comme étant celui de Thomas Destailleur, 30 ans.

La gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) avait lancé des recherches après avoir été informée qu'un kayakiste traversant ce lac n'avait pas communiqué avec sa famille comme prévu.

Autopsie

Le kayak renversé avait ensuite été repéré par avion et la dépouille transportée dans les locaux du médecin légiste pour une autopsie. L'enquête sur les circonstances du décès se poursuit.

Originaire de Lille et installé récemment à Toronto, Thomas Destailleur avait entrepris ce périple dans le cadre d'un projet visant à «réconcilier l'Homme et sa planète», par le biais «d'aventures sportives et écoresponsables», indiquait-il sur sa page Facebook.

«Au départ de Jasper dans les Rocheuses canadiennes, j'ai décidé de suivre les eaux du Glacier Athabasca sur 3.700 km jusqu'à l'océan Arctique et le village de Tuktoyaktuk. D'abord à vélo puis en kayak, la totalité de l'itinéraire devrait me prendre à peu près deux mois et demi», expliquait-il.

Conditions difficiles

Dans son dernier post, publié le 5 août, au 31e jour de son voyage, il rapportait avoir fait face à des conditions difficiles avec du vent et de fortes vagues.

«Deux trois vagues manquent de me retourner, et j'abandonne en surfant jusqu'à la plage, trempé et gelé. J'ai peur de l'hypothermie. Je me change et m'enroule dans mon sac de couchage dans la tente, en espérant que le vent tombe. Ce ne sera pas pour aujourd'hui, espérons pour demain...», écrivait-il. ps/fff/ (afp/nxp)

Créé: 10.08.2019, 23h19

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters