Mardi 12 décembre 2017 | Dernière mise à jour 09:05

Danemark Kim Wall démembrée à la scie dans le sous-marin?

Un outil qui aurait servi à découper la journaliste a été repêché dans la baie de Køge. Il va être analysé.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les autorités danoises ont annoncé jeudi avoir repêché une scie qui pourrait avoir servi à démembrer la journaliste suédoise Kim Wall, disparue en août alors qu'elle était venue interviewer l'inventeur Peter Madsen à bord de son sous-marin.

L'outil a été repêché dans la baie de Køge, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Copenhague, là-même où les plongeurs avaient retrouvé le tronc, la tête et les jambes de Kim Wall. «La scie est actuellement analysée par nos laboratoires scientifiques afin de déterminer s'il y a un lien avec ce que la police recherche, dans le cadre de l'affaire du sous-marin», a indiqué Jens Møller Jensen, chef de la police criminelle de Copenhague, dans un communiqué.

Multiplies mutilations

Kim Wall, journaliste expérimentée de 30 ans, avait embarqué le soir du 10 août à bord du Nautilus avec Peter Madsen, le concepteur et propriétaire danois du submersible, dans le cadre d'un reportage. Inculpé de meurtre et atteinte à l'intégrité d'un cadavre et incarcéré depuis le 11 août, Peter Madsen, 46 ans, affirme que le corps de la journaliste était intact lorsqu'il l'avait jeté par dessus bord.

La découverte de la tête le 6 octobre s'est révélée déterminante pour les enquêteurs car l'autopsie du tronc, repêchée onze jours après la disparition de la jeune femme, n'avait pas permis d'établir la cause du décès. Elle avait en revanche mis en évidence de multiples mutilations infligées aux parties génitales de la victime.

Cérémonie commémorative

Peter Madsen refuse de coopérer avec les enquêteurs depuis la découverte de la tête et des jambes, a déclaré mercredi le procureur Jakob Buch-Jepsen. Journaliste indépendante basée à New York et en Chine, Kim Wall collaborait notamment avec le «Guardian» et le «New York Times».

Mercredi, une cérémonie commémorative a été organisée à New York, à l'appel de l'Ecole supérieure de journalisme de Columbia, d'où la victime était sortie diplômée en 2014. «L'humanité a besoin de femmes courageuses comme Kim. C'est une femme qui en voulait et qui osait dire les choses, (qui voulait) donner la parole aux faibles et faire de cette planète un meilleur endroit où vivre», a déclaré sa mère Ingrid Wall lors de la cérémonie. (afp/nxp)

Créé: 12.10.2017, 16h26


Sondage

Faut-il que l'exploration de la Lune reprenne?





S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters