Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 17:43

Crash d'hélicoptères L'animateur de l'émission «Dropped» est sous le choc

Louis Bodin, qui devait présenter le jeu d'aventures «Dropped», s'est exprimé au micro de RTL. «C'est tragique et à peine croyable».

Image: dr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On a encore du mal à y croire tellement c'est invraisemblable et incroyable», a-t-il raconté au micro de RTL, depuis l'Argentine où la société de production ALP tournait depuis une semaine des épisodes de «Dropped» pour TF1.

«A l'hôtel, il manque beaucoup de monde. C'est le moment où c'est le plus difficile», a-t-il expliqué.

Au moment de l'accident, qui a fait dix morts dont la navigatrice Florence Arthaud, il se trouvait à 40 km de là, attendant l'arrivée des candidats en hélicoptère. «J'étais déjà sur ce qu'on appelait la +Dropped Zone+, en haute altitude, dans une zone totalement désertique. Je commençais les plateaux avant que les concurrents n'arrivent, pour pouvoir les accueillir, donc il y avait des rotations d'hélicoptères», a-t-il précisé.

«Moi, j'étais dans les premières et eux arrivaient un petit peu après. Je n'ai pas assisté du tout à la tragédie, mais on l'a apprise immédiatement puisque, évidemment, on était en contact radio pour savoir à partir de quand on commençait à tourner. On l'a appris par l'équipe de sécurité qui était en bas, à côté de la zone de décollage», a-t-il poursuivi.

«Dix minutes, un quart d'heure» après, «ils nous ont confirmé malheureusement que la tragédie était totale», a ajouté Louis Bodin, le «monsieur météo» de TF1, qui devait présenter sa première d'émission d'aventures.

«Pour redescendre de cette zone de haute montagne, il n'y avait plus les hélicoptères. On a dû redescendre à pied dans la soirée. Cette nuit (ndlr: la nuit de lundi à mardi), comme il fallait faire attention, les guides nous ont dit: +On s'arrête là, on campe là et on redescendra un peu plus tard.+ On s'est retrouvé toute l'équipe, enfin ce qu'il reste maintenant. Il manque du monde que ce soit chez les sportifs ou dans l'équipe technique, des gens incroyables...»

«La technique va rester là, il va y avoir une enquête. Certains qui ont assisté (à l'accident, ndlr) vont devoir rester là. On a décidé que de toute façon, on rentrerait tous ensemble. Donc on restera le temps nécessaire pour que l'équipe reste soudée et rentre ensemble dans ces prochains jours», a-t-il conclu.

leb/dab/er

» (afp/Le Matin)

Créé: 10.03.2015, 15h49

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.