Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 02:31

Frissons Le Léman, lac de tous les dangers

Dès samedi, Genève accueille une exposition retraçant les drames marquants de l’histoire du lac. Une étendue à la météo changeante, qui n’est calme qu’en apparence.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les fantômes du Léman». Voici le nom de l’exposition gratuite qui démarre ce samedi aux Bains des Pâquis à Genève. «Notre objectif est de montrer au grand public que ce n’est pas un lac tranquille, en déroulant certaines catastrophes qui ont fait l’événement à l’époque», explique Michel Félix, responsable du groupe d’animation culturel des lieux. Car, au fil des années, les drames ont été nombreux, les dizaines d’épaves reposant au fond du lac sont là pour en témoigner. «Il y a eu des bateaux, bien sûr, mais aussi des choses plus insolites comme des trains, des avions et même un dirigeable (lire ci-contre). Les trois quarts des gens n’imaginent pas tout ce qu’on trouve sous la surface», détaille Philippe Constantin, coordinateur des Bains des Pâquis.

«Une violence surprenante»

Au total, il aura fallu plus de trois ans de recherches et le soutien de plusieurs spécialistes, ainsi que du Musée du Léman, à Nyon (VD), pour permettre à l’exposition de retracer les différentes catastrophes. «Et c’est une liste non exhaustive. Au-delà des épaves, nous avions la volonté d’incarner ces drames pour leur donner du corps et leur permettre de revivre», pointe Philippe Constantin. Après s’être plongé dans toutes ces histoires, il dresse un constat clair: «Le grand public n’en a pas forcément conscience, mais le Léman est un lac extrêmement dangereux.»

Conservateur du Musée du Léman, à Nyon (VD), Lionel Gauthier abonde. «Le lac n’est pas un étang! Il y a énormément de vents différents et les conditions météorologiques peuvent changer avec une violence surprenante», décrit-il. À ses yeux, si une telle méconnaissance de ses dangers persiste, c’est notamment parce que les images le représentent souvent comme très tranquille. Pourtant, certains sont là pour nous rappeler le contraire. «Les fantômes du Léman, ce sont ceux qui ne sont jamais revenus à la surface, explique Philippe Constantin. Quand on va se baigner dans le lac, on peut penser qu’il y a des âmes qui errent encore.»

Créé: 25.01.2018, 14h01

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.