Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 09:14

«Maison de l'horreur» Prison à vie pour les parents tortionnaires

David et Louise Turpin ont été condamnés à la perpétuité en Californie pour avoir séquestré, affamé et torturé leurs enfants durant des années.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les parents de la «Maison de l'horreur» ont été condamnés vendredi en Californie à la réclusion à perpétuité avec une peine de sûreté de 25 ans, pour avoir infligé des tortures à douze de leurs treize enfants pendant des années.

«J'ai encore des cauchemars»

David Turpin, 57 ans, et son épouse Louise, 50 ans, avaient plaidé coupable en février de 14 chefs d'accusation, dont torture ou séquestration dans cette affaire qui a glacé l'Amérique.

«Mes parents m'ont volé ma vie, mais je l'ai récupérée», a déclaré une de leurs filles avant le prononcé de la sentence. «Ça a été dur, mais ça m'a rendue plus forte», a-t-elle ajouté.

«Je ne peux pas décrire ce que nous avons traversé en grandissant», a dit un de ses frères. «Parfois j'ai encore des cauchemars liés à cette période, avec mes soeurs enchaînées par exemple. Mais c'est du passé et j'aime mes parents et je leur pardonne», a-t-il ajouté.

En pleurs, les parents leur ont présenté des excuses, assurant avoir été animés par de «bonnes intentions». «Je ne comptais pas leur faire de mal», a déclaré David Turpin, tandis que sa femme soulignait son amour pour chacun de ses 13 enfants, aujourd'hui âgés de 3 à 30 ans.

Enfants enchaînés

Pendant des années, le couple avait maintenu ses enfants captifs à leur domicile, rebaptisé «la maison de l'horreur» par les médias américains, situé dans la petite ville de Perris, à une centaine de kilomètres à l'est de Los Angeles.

L'alerte avait été donnée en janvier 2018 par l'une des filles qui, après deux ans de préparatifs, avait échappé à leur surveillance.

A leur arrivée, les policiers avaient retrouvé certains des enfants enchaînés à leur lit. Tous, sauf la plus jeune, étaient dans des conditions d'extrême saleté et de malnutrition sévère.

Déscolarisés, les enfants n'avaient droit qu'à un bain par an et étaient censés dormir 20 heures par jour selon le programme établi par leurs parents.

Lorsqu'elles n'étaient pas enchaînées, les victimes étaient entravées dans différentes chambres et n'étaient pas autorisées à jouer. Plusieurs souffrent de lésions et déficiences liées à ces privations.

(afp/nxp)

Créé: 19.04.2019, 20h16

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.