Mercredi 24 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:02

France Un malvoyant et son chien virés d'un magasin

Un jeune homme handicapé a été malmené par le personnel d'un supermarché à cause de son animal. La vidéo a provoqué un tollé.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Arthur Aumoite, 25 ans et malvoyant, a posté lundi sur YouTube une vidéo le montrant se faire refuser l'accès d'un magasin Monoprix fin septembre à Marseille. Cette scène, qui a déclenché la colère des internautes, a fait l'objet de nombreux articles dans les médias français.

«Le 21 septembre, j’étais tout juste arrivé à Marseille, nous allons dans un magasin Monoprix avant d’aller à un dîner chez des amis. Il n’y a pas de vigile à l’entrée. Puis au milieu du magasin, un homme qui faisait des mises en rayon et se présente comme le directeur du magasin. Il commence à dire que c’est n’importe quoi d’amener un chien ici», a raconté le jeune homme à Libération.

S'ensuit un échange virulent entre les deux protagonistes. Le directeur s'est justifié à plusieurs reprises qu'il «a des normes d’hygiène à respecter, et qu'il ne peut accepter aucun animal dans le magasin». Quant à Arthur, il a brandi l’article 88 d’une loi datant de 1987 qui garantit l'accès aux chiens guides d’aveugle à peu près partout.

Poussé contre un rayon

Finalement, un vigile a prêté main forte au responsable de l'enseigne et s'est emparé de l'animal pour l'évacuer de la supérette. Sans son chien, Arthur Aumoite a dû se résoudre à sortir du bâtiment non sans avoir été violemment poussé contre un rayon.

Peu de temps après, la police est arrivée et a signalé au directeur qu'il était bel et bien dans l'obligation de laisser entrer le maître et son chien. Le gérant est tout de suite venu s’excuser, a expliqué le jeune homme.

La chaîne Monoprix a également présenté ses excuses sur Twitter: «Nous sommes désolés pour cet incident, tout comme le directeur du magasin qui a revu le jeune homme l’après-midi-même pour s’excuser. Si pour des raisons sanitaires, les animaux ne sont pas acceptés dans nos magasins, les guides d’aveugles font évidemment exception.»

Pour Arthur Aumoite, «la pilule n'est pas passée» et il envisage de «porter plainte pour refus d'accessibilité et violence volontaire sur personne vulnérable». Contactée par Libération, l'association nationale des maîtres de chiens guides d’aveugles explique avoir eu à traiter une centaine de cas de refus d’entrer dans lieux ouverts au public en 2017.

Contrairement à la France, en Suisse, la police ne peut pas forcer un établissement privé à accueillir un chien-guide. Mais les personnes victimes de discrimination peuvent engager des poursuites judiciaires.

Créé: 09.10.2018, 16h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.