Vendredi 16 novembre 2018 | Dernière mise à jour 07:49

France La mère des 2 fillettes mortes est en garde à vue

La maman des deux enfants retrouvées décédées dimanche dans leur chambre d'une caserne de gendarmerie près de Lyon, a été placée en garde à vue.

La caserne à Limonest, près de Lyon, où le drame est survenu.

La caserne à Limonest, près de Lyon, où le drame est survenu. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les deux enfants nées en 2012 et 2014 étaient parties se reposer dans leur chambre de la caserne de Limonest et c'est leur mère qui les a retrouvées inanimées dans leurs lits, a indiqué la gendarmerie, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès.

La mère, en état de choc, avait été transportée à l'hôpital dimanche soir, où elle se trouvait encore lundi en début de soirée.

Le père des enfants, un sous-officier de la brigade de gendarmerie de Limonest, était dimanche en déplacement pour une épreuve sportive.

Initialement ouverte pour «recherche des causes de la mort», l'enquête a été basculée vers le chef d'«homicides» à l'issue d'auditions, selon la source proche du dossier.

Empoisonnement par la mère?

Les autopsies réalisées lundi après-midi n'ont pas permis de déterminer les causes du décès des deux enfants, selon cette source. Des analyses toxicologiques sont en cours. Des sources de presse évoquent l'éventualité d'un empoisonnement des deux sœurs par leur mère, en cours de séparation avec son mari gendarme. «C'est une des hypothèses de travail», a indiqué une source proche de l'enquête sans plus de précisions.

En léger retrait par rapport à la gendarmerie, une douzaine d'appartements de fonction abrités dans un immeuble de deux étages tout en longueur accueillent à Limonest les familles des gendarmes.

À 12 kilomètres au nord-ouest de Lyon, Limonest compte quelque 3500 habitants. Cette commune tranquille de la métropole lyonnaise accueille des familles aisées, attirées par ses espaces naturels, et des sièges sociaux d'entreprises high tech.

Une cellule de crise a été ouverte lundi dans l'école où étaient scolarisées les deux fillettes. (afp/nxp)

Créé: 11.06.2018, 21h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.