Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 18:12

«Ange blond» La mère Rom implore: «je veux qu'on me rende ma fille»

La police, qui soupçonne un couple de Roms bulgares d'être les parents de Maria, a demandé un test ADN. La mère supposée admet avoir laissé un bébé à un couple Rom en Grèce.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sacha Roussev, la mère Rom supposée, se serait mise à pleurer en voyant Maria. «Ma mère a dit: cet enfant est à moi», témoigne Fanka, une de ses filles.

«Nous avons donné notre enfant. Nous n'avons pas pris d'argent. Nous n'avions pas assez pour la nourrir», a expliqué à l'agence de presse BGNES cette petite femme mince au teint mat, aux yeux foncés et aux cheveux bruns. Sacha et Atanas Roussev ont plusieurs enfants blonds et sont susceptibles d'être les parents biologiques de la petite Maria.

La mère présumée a déclaré à la presse qu’elle ne savait pas si la fillette retrouvée en Grèce était la sienne: «Je ne sais pas si c’est ma fille ou non. Oui il y a une ressemblance mais je ne sais pas si c’est la mienne ou pas.»

Contredisant une déclaration faite aux autorités, la femme a affirmé ne pas à se souvenir si les gens avec qui vivaient avec «l'ange blond» sont bien ceux à qui elle a confié sa fille : «Comment je pourrais les reconnaître? Ça fait quatre ans.»

«J'ai laissé ma fille»

Sacha et Atanas Roussev vivent dans le ghetto tsigane de Nikolaevo, dans une maison constituée d'une pièce unique, ne disposant que d'un lit. La femme a affirmé au Daily Mail avoir eu son premier enfant à 13 ans. Au moment où elle a accouché de Maria, elle travaillait comme intérimaire dans une ferme en Grèce.

Ses autres enfants, restés en Bulgarie sous la surveillance de l’aînée de la famille, se sont retrouvés seuls quand cette dernière s’est mariée. La mère a alors laissé son bébé, faute de pouvoir payer «les centaines d’euros» que lui demandaient les autorités grecques pour son certificat de naissance.

«J’ai donné naissance à Maria il y a quatre ans et demi, je ne souviens pas de la date exacte, explique-t-elle au Daily Mail. Je me suis occupée d’elle pendant sept mois mais j’étais obligée de partir. J’ai laissé ma fille à la femme qui partageait ma chambre. Elle est Rom elle aussi.»

«Je veux qu'on me la rende»

Cette autre femme devait renvoyer Maria en Bulgarie, ce qu’elle n’a jamais fait. «Maria me manquait mais je n’avais pas d’argent et je ne savais pas quoi faire, confie Sacha Roussev. J’ai téléphoné à cette femme plusieurs fois alors je savais que Maria allait bien. Mais je ne comprends pas pourquoi elle l’a gardée si longtemps et pourquoi ils ne voulaient pas me la rendre.»

La mère présumée de la fillette insiste sur son amour pour sa fille : «je n’ai pas vendu Maria, et je ne l’ai pas abandonnée. Au cours des quatre dernières années je ne l’ai jamais oubliée. Je prie pour elle tous les jours. Je veux qu’on me la rende!»

Le Daily Mail révèle cependant qu’une femme répondant au nom de Sacha Roussev a été arrêtée à deux reprises pour avoir tenté de vendre des bébés en Grèce. A chaque fois, elle a été libérée. De son côté, son frère certifie que Maria a été vendue pour 250 euros.

Sacha Roussev en vidéo

Tests ADN

La police bulgare a interrogé jeudi un couple de Roms bulgares. «L'enquête a été ouverte après des investigations réalisées en liaison avec la fillette nommée Maria trouvée en Grèce», précise le parquet, qui a ordonné un test ADN.

Selon le Daily Mail, la police est pratiquement sûre que les résultats des tests vont confirmer qu'il s'agit bien des parents de Maria. Le quotidien britannique révèle, par ailleurs, que Atanas Roussev serait porteur du gêne de l'albinisme, ce qui expliquerait les yeux clairs et les cheveux blonds des enfants.

Jugements hâtifs des Roms

L'affaire a suscité une vague d'émotion en Grèce et dans le monde et conduit à certains jugements hâtifs sur les Roms, déplore le Centre européen des droits des Roms (ERRC). En Irlande, deux enfants roms qui ne ressemblaient pas aux autres membres de leurs familles ont été retirés à ces dernières, avant de leur être rendus mercredi à la suite de tests ADN concluants.

«Il y a au sein de la communauté rom des groupes qui n'ont pas la peau foncée, qui ont la peau blanche ou plus blanche, des gens avec des yeux bleus ou verts», a déclaré son président Dezideriu Gergely, dans un entretien avec l'AFP. «Agir sur la perception est un acte de discrimination raciale», a-t-il expliqué.

(A.B/afp/nxp)

Créé: 25.10.2013, 13h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.