Mardi 11 décembre 2018 | Dernière mise à jour 10:25

Paris «La mort de Candice, c’est un meurtre»

Jean-Claude Elfassi, le meilleur ami de Candice Cohen-Ahnine, tombée du 4e?étage alors qu’elle allait revoir sa fille à Riyad, ne décolère pas. Et balaie la thèse de l’accident avancée par la police.

Pour le paparazzi Jean-Claude Elfassi, ami de Candice Cohen-Ahnine, celle-ci n'a pas été victime d'un accident.

Pour le paparazzi Jean-Claude Elfassi, ami de Candice Cohen-Ahnine, celle-ci n'a pas été victime d'un accident. Image: Patrice Lapoirie/MAXPPP

C'est en glissant du balcon du 4e étage de cet immeuble, à Paris, que Candice Cohen-Ahnine, s'est tuée jeudi dernier.
(Image: Jean-Claude Elfassi)

Candice Cohen-Ahnine.
(Image: A. Gelebart/20 Minutes/Sipa)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il avait signé avec elle «Rendez-moi ma fille!» paru en octobre dernier aux Editions L’Archipel. Il était son meilleur ami. Avec elle, il se battait avec force pour qu’elle puisse revoir sa fille Haya, kidnappée en 2008 par la famille de son ex-mari – le prince saoudien Sattam al Saoud – en Arabie saoudite.

Lui, c’est Jean-Claude Elfassi, photographe de presse à Paris Match, paparazzi et dénicheur de scoops. Sur son blog, elfassiscoopblog.com, il fustige la police parisienne qui a déclaré aux médias que, suite aux résultats de l’enquête et de l’autopsie pratiquée lundi, Candice Cohen-Ahnine avait glissé «accidentellement» de son balcon du 4e?étage, à Paris.

«L’enquête sur la mort de Candice a été bâclée», nous déclarait vendredi soir le reporter au téléphone. «Elle a d’abord été confiée à des gardiens de la paix incompétents, qui ont fait perdre beaucoup de temps. Maintenant, suite à nos protestations, suite à tant de questions sans réponses, l’enquête a été confiée à un commandant de police qui essaie de sauver ce qu’il peut. Mais avec une enquête ouverte pour une cause accidentelle et non criminelle, il n’a aucun moyen d’investigation. Il n’a pas le droit de perquisitionner, ni le droit de placer le criminel en garde à vue», précise Jean-Claude Elfassi sur son blog.

Or le criminel, selon le reporter-bloggeur, c’est le nouveau mari de Candice. «A l’hôpital, où elle morte quelques heures après sa chute, il a déclaré sous les yeux effarés de la famille: «Oui je l’ai tuée, allez vous faire enculer, demain je serai mort». Après cet aveu spontané, on aurait pu espérer que le meurtrier soit placé en garde à vue. Mais non, les gardiens de la paix ont répondu «nous comprenons votre peine, veuillez accepter nos condoléances».

Des accusations chocs étayées par le fait que «des griffures ont été constatées sur le cou de la victime et sur celui du mari», révèle Jean-Claude Elfassi. Qui écrit aussi sur son blog que Candice avait découvert des transferts d’argent douteux et appelé son avocate pour entamer une démarche de divorce. Elle ne pouvait se permettre d’être mêlée à une affaire qui puisse compromettre le droit de garde de sa fille, droit qui lui avait été accordé par la justice française.

Révélations en cascade

Selon le célèbre paparazzi, qui se bat pour que la vérité éclate, les données de l’ordinateur de Candice ont aussi été effacées, dont le dossier sur Haya. Il a aussi découvert que son profil Facebook avait été piraté. Et a appris qu’une serviette ensanglantée avait été retrouvée le soir du drame, dans la poubelle au bas de son immeuble du VIIIe arrondissement.

Suite à tant d’incertitudes autour des circonstances de cette chute, le permis d’inhumer n’a toujours pas été délivré. Et, selon M.?Elfassi, une nouvelle autopsie a été demandée. (Le Matin)

Créé: 26.08.2012, 11h54

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.