Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

France Un nourrisson meurt martyrisé à Reims

Les parents d'un nourrisson ont été mis en examen à Reims après la mort de ce dernier, battu, «y compris avec des câbles électriques».

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines de blessures, un état de malnutrition... Un père et une mère ont été mis en examen dimanche pour «meurtre aggravé» après la mort à Reims de leur nourrisson de 13 mois battu «y compris avec des câbles électriques».

Les parents sont également mis en examen pour «privation de soins ayant entraîné la mort», «non dénonciation de crimes ou délits» et «non assistance à personne en danger», a déclaré à l'AFP le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette.

Le couple - un Français de 34 ans né en Mauritanie et une Ivoirienne de 22 ans - a été placé en détention provisoire et encourt la réclusion à perpétuité. Une information judiciaire a été ouverte.

Vendredi, vers 19h00, les parents, qui habitent un appartement proche de la gare de Reims, appellent les secours. Ces derniers, constatant l'état de malnutrition et les multiples signes de violences que le bébé semble avoir subis pendant des mois, alertent la police. Le nourrisson décède dans la soirée et les parents sont placés en garde à vue.

Le petit garçon présente de «multiples blessures et traces de violences» sur tout le corps, a expliqué le procureur. «Il a été battu, y compris avec des câbles électriques» et a «peut-être aussi» subi des «brûlures». Une autopsie doit être réalisée lundi, de même que de nombreuses autres investigations.

«Tuméfié de partout»

«Il était tuméfié de partout», a détaillé M. Bourrette, soulignant que le bébé portait des traces de violences «aux pieds, aux tibias, aux genoux, au flanc, au thorax, aux oreilles, au visage et aux mains». Atteint de scorbut, le bébé ne pesait que six kilos. Il avait en guise de lit une paillasse «sur laquelle on a retrouvé du sang», a indiqué le procureur de la République.

En garde à vue, le père a nié avoir donné des coups mortels, affirmant que c'est la mère «qui s'occupait de tout» et qu'elle avait «frappé à plusieurs reprises» leur enfant.

La mère «a fini par admettre avoir porté a minima un certain nombre de coups, dans une simple logique éducative» selon elle, a ajouté M. Bourrette. Après que le nourrisson a subi une fracture, elle dit l'avoir traité «avec une médecine traditionnelle africaine» et nie «tout élément de dénutrition ou de malnutrition».

Aucun antécédent

Les parents, en couple depuis six ans et sans aucun antécédent pénal, ont un autre enfant de quatre ans, qui est «placé» depuis deux ans en région parisienne, selon le magistrat. Arrivé il y a moins d'un an à Reims, le couple n'avait aucune activité professionnelle connue. La mère ne dispose pas de titre de séjour. (ats/nxp)

Créé: 15.10.2018, 03h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.