Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 16:39

États-Unis Nouvelle fusillade sur un campus de Floride

Une fusillade a éclaté sur le campus de l'Université de l’État de Floride à Tallahassee. Trois personnes sont blessées. L'auteur des tirs est mort.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un homme a ouvert le feu peu après minuit dans la nuit de mercredi à jeudi dans une université de Floride, faisant trois blessés avant d'être abattu par des policiers, a annoncé la police locale jeudi 20 novembre au matin. Trois personnes ont été blessées lorsqu'un homme a ouvert le feu dans des conditions encore confuses devant la bibliothèque de l'Université de l’État de Floride à Tallahassee, la capitale de cet état du sud des États-Unis.

Sommé d'abandonner son arme par les policiers arrivés sur les lieux, l'auteur des coups de feu a refusé et a été abattu, a expliqué le porte-parole de la police de Tallahassee David Northway aux médias locaux, précisant qu'une enquête avait été ouverte sur les motifs de la fusillade.

Des étudiants de l'université, qui en accueille plus de 40'000, ont dit avoir entendu au moins quatre coups de feu.

L'un des étudiants, Blaire Stokes, a déclaré à CNN: «Ce gars est arrivé et dit que quelqu'un était armé». Toujours selon cet étudiant, la police a pris possession du bâtiment abritant la bibliothèque après les coups de feu, et les autorités de l'université ont lancé un état d'alerte sur le campus parlant de «situation dangereuse».

Les étudiants sont nombreux à commenter et à suivre le déroulement des opérations sur Twitter:

La fusillade est un «incident isolé», ont assuré les enquêteurs au président de l'université, John Thrasher, a rapporté ce dernier dans un communiqué.

«Le campus est sécurisé», a assuré le responsable de la police de l'université, David Perry. «Cette personne pour une raison inconnue a sorti une arme de poing et a commencé à tirer», a-t-il noté.

Témoignages

L'un des étudiants, Blaire Stokes, a raconté sur CNN: «Un gars est arrivé et a dit que quelqu'un était armé». La police a pris possession du bâtiment qui abrite la bibliothèque après les coups de feu, et les autorités de l'université ont déclaré le campus en état d'alerte, selon lui.

Un autre étudiant, Sean Young, a confié à la chaîne locale WCTV qu'il se trouvait au troisième étage quand des étudiants ont commencé à courir près de lui et l'un d'entre eux a dit qu'un tireur se trouvait au rez-de-chaussée.

Avec un camarade, ils se sont entassés avec d'autres dans une pièce. «J'ai juste essayé de rester calme, surtout pour ceux qui m'entouraient. Je ne voulais pas transmettre ma panique à quelqu'un d'autre».

Un autre étudiant en deuxième année, John Ehab, qui se trouvait au même étage, a rapporté sur WTXL que les étudiants se cachaient derrière les rayons de la bibliothèque.

«On a entendu successivement pan, pan, pan, pan, pan», a raconté sur la même chaîne Nikolai Hernandez, qui se trouvait dans sa chambre située en face de la bibliothèque. «Bien sûr, ça m'a rendu un peu nerveux. Je devais aller à la bibliothèque, j'avais un essai à terminer. Mais j'avais été un peu flemmard et j'avais décidé de ne pas le faire».

Lourd constat

Il s'agit de la 23e fusillade sur un campus universitaire depuis le début de l'année au cours de laquelle une personne au moins a été blessée ou tuée, selon le groupe de pression anti-armes Everytown for Gun Safety. (AFP / nxp)

Créé: 20.11.2014, 09h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.