Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 07:53

France Un ouvrier licencié attaque un responsable à la hache

Un ouvrier a asséné mercredi deux coups de hache à la tête d'un cadre de son entreprise à Villejuif (Val-de-Marne) avant de tenter de se suicider. Il avait été mis à pied le jour d'avant.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aujourd'hui vers 13h, au sein d'une entreprise de matériel de chauffage, un ouvrier a porté deux coups de hache sur le crâne de son supérieur. Il a ensuite tenté de se suicider en se portant un coup d'arme blanche au niveau de la gorge. Selon une source judiciaire, l'homme avait été mis à pied la veille.

Le pronostic vital de la victime n'est plus engagé en fin d'après-midi. En revanche l'agresseur, hospitalisé, est toujours entre la vie et la mort. L'entreprise, un vaste hangar blanc au milieu d'un quartier pavillonnaire, était fermé au public après le drame, tandis que les policiers procédaient aux vérifications.

La plupart des salariés présents n'ont pas souhaité s'exprimer, conformément au souhait de la direction. Deux ouvriers, sous couvert d'anonymat, ont toutefois précisé que les deux hommes n'entretenaient pas de mauvaises relations. L'un et l'autre ont été conduit dans deux hôpitaux différents.

Créé: 20.03.2013, 18h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.