Mercredi 21 août 2019 | Dernière mise à jour 22:48

Cycliste abattu Les parents du chasseur craignent des représailles

Le père et la mère du jeune de 22 ans, qui a tué un vététiste samedi aux Portes du Soleil, vivent dans la terreur. La gendarmerie est contrainte de les protéger.

Le jeune chasseur français a confondu le cycliste britannique avec un cerf. Traumatisé par son geste fatal, il est hospitalisé depuis les faits.

Le jeune chasseur français a confondu le cycliste britannique avec un cerf. Traumatisé par son geste fatal, il est hospitalisé depuis les faits. Image: Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C'est un accident. Mon fils n'a pas tiré n'importe où. Il a visé un cerf qui avait été identifié au préalable par un autre chasseur. Je ne sais rien de cet homme qui a été tué, mais c'est mon fils qui est à l'hôpital. Sa vie, notre vie, est très dure en ce moment. Nous sommes tellement désolés de ce qui est arrivé, quoi qu'ait fait cet individu (ndlr. des soupçons de viol pèsent sur lui). Nous sommes très affectés.» Le père du chasseur français, qui a confondu un homme roulant en VTT avec un cerf à Montriond (F), est anéanti tout comme son épouse. Leur fils n'a que 22 ans. Il est décrit comme un travailleur acharné – il dirige une entreprise forestière prospère – et comme un chasseur déjà expérimenté. Une passion qu'il a héritée de sa famille.

Le compte Facebook du chasseur incriminé regorge de photos de chasse, le mettant en scène avec ses trophées. Image: FB

«Pouvez-vous imaginer ce que notre fils traverse si jeune? Vous ne pouvez pas, vous ne savez pas», témoigne la mère du garçon. Établi dans la région où le drame s'est produit, le couple se dit tétanisé. Il craint des représailles de la part de la communauté britannique, qui vit dans les différentes stations des Portes du Soleil. Le défunt de 34 ans était Gallois. Il était restaurateur et traiteur aux Gets (F), où il s'était installé depuis plusieurs années avec sa compagne. La colère légitime des compatriotes du cycliste abattu de même que leur émotion exarcebée contraint la police française à effectuer des rondes régulières près du chalet des parents du tireur.

«Ma femme est terrorisée»

«Nous savons que les Anglais recherchent notre adresse et que la gendarmerie fait des contrôles», raconte encore le père du chasseur à nos confrères du «Sun». «Ma femme n'arrive plus à dormir. Elle est terrorisée. Elle vit dans la crainte que ces gens viennent se venger.» Pendant ce temps, leur enfant reste hospitalisé, traité pour un traumatisme sévère. Au point que la Faculté n'a pas encore donné l'autorisation aux enquêteurs et aux magistrats d'auditionner le futur mis en examen.

evelyne.emeri@lematin.ch

Créé: 18.10.2018, 15h59

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.