Vendredi 24 novembre 2017 | Dernière mise à jour 22:45

Argentine Une passagère fait arrêter un équipage d'Air France

Après qu'on lui a refusé un surclassement, la fille d'un ancien vice-ministre de la Justice a fait vivre un véritable calvaire à l'équipage.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ces événements remettent «directement en cause le fonctionnement de la justice argentine», s'indigne le syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC) dans un communiqué.

Suite à la plainte d'une passagère, un équipage de la compagnie Air France a vécu deux jours entiers de calvaire à son atterrissage à Buenos Aires le 30 octobre dernier.

Lors du trajet, la voyageuse avait demandé au personnel de bord d'être surclassée en «Business Class», demande qui lui avait été refusée. Elle avait également exigé de changer de siège pour une attitude déplacée de son voisin, ce qui lui avait cette fois été accordé.

Fille d'un ancien vice-ministre de la Justice, la passagère n'en est cependant pas restée là puisqu'à l'atterrissage les services de police argentins ont immédiatement interpellé plusieurs membres de l'équipage. Relâchés après six heures de garde à vue, ces derniers ont été assignés à comparaître le lendemain matin au Tribunal de Buenos Aires.

Un «traitement humiliant»

En arrivant à l'audience, «le chef de cabine principal a été séparé du groupe et enfermé dans une pièce de 1 m2 sans possibilité de s'asseoir, ni de boire et manger et ce pendant plusieurs heures», raconte le SNPNC dans le communiqué. Et d'ajouter: «Il a été profondément bouleversé par ce traitement humiliant.»

L'équipage a été entendu par la Cour jusqu'à la fin de la journée. L'ancien vice-ministre de la Justice et père de la plaignante était lui aussi présent, se permettant d'interroger directement et à plusieurs reprises le chef de cabine.

Au terme l'audition, tous les membres de l'équipage ont été relâchés, «sans excuse ni explication.»

Contactées par le journal argentin La Nacion, des sources judiciaires affirment «que personne n’a été retenu indûment. Ils ont été traités comme n’importe quel autre témoin dans une affaire», ajoutant que la procédure dont l'équipage d'Air France a fait l'objet était «pleinement conforme à la loi».

De son côté, le SNPNC dénonce des «conditions de convocation, de détention et d'instruction qui contreviennent aux libertés fondamentales les plus élémentaires et aux principes d'indépendance de la justice.»

Le syndicat appelle également l'ambassadrice d'Argentine en France à faire la lumière sur cette affaire. (Le Matin)

Créé: 14.11.2017, 15h20


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.