Lundi 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:28

Genève Peine confirmée pour celui qui avait tué sa voisine

En février 2015 à Onex (GE), un homme avait abattu une retraitée pour de l'argent. Il avait écopé de 20 ans de prison. La sentence a été confirmée en appel.

Le prévenu a écopé de vingt ans de prison assortie d'une mesure d'internement.

Le prévenu a écopé de vingt ans de prison assortie d'une mesure d'internement. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, la Chambre pénale d'appel et de révision a confirmé vendredi la peine infligée en première instance à un homme de 53 ans, qui avait assassiné sa voisine à Onex (GE) en février 2015 pour de l'argent. Le prévenu a écopé de vingt ans de prison assortie d'une mesure d'internement.

Le Ministère public avait recouru contre le verdict du Tribunal criminel, car il voulait la perpétuité. L'accusé, de son côté, avait fait appel, car il plaidait l'accident. Les juges n'ont pas retenu les arguments des uns et des autres. La Chambre d'appel a suivi dans les grandes lignes le raisonnement des magistrats de première instance.

Agent infiltré

La thèse de l'accident a été écartée, car elle entre en contradiction avec les constatations et les éléments apportés par la police scientifique. Ce dossier est particulier, car les enquêteurs ont dû faire appel à un agent infiltré pour soutirer des informations au prévenu qui lui avait peu à peu accordé sa confiance.

Ce n'est qu'au bout de deux ans que les renseignements ainsi glanés ont permis de retrouver le corps de la victime. L'accusé avait dissimulé le cadavre de sa voisine vers Nantua, en France. Une semaine après son crime, il était revenu dans la région pour brûler la dépouille de sa victime.

L'agent infiltré a aussi permis aux enquêteurs de savoir comment la dame a été assassinée. Le prévenu, qui était devenu l'unique confident de la malheureuse, l'a attirée dans son appartement, l'a entravée avec des menottes, puis l'a étranglée, pour ensuite lui voler 40'000 euros qu'elle venait de retirer à la banque.

Odieux et sauvage

La présidente de la Chambre pénale d'appel et de révision a souligné la faute d'une gravité extrême commise par ce ressortissant portugais, qui travaillait à la voirie au moment des faits. Les juges ont également mis en avant le mobile «totalement égoïste» de ce crime et la façon d'agir odieuse de son auteur.

Le tribunal a suivi les experts, qui estiment que le prévenu présente un risque de récidive important, l'homme entretenant un rapport pathologique à l'argent. Il a aussi estimé que l'accusé avait une responsabilité pénale entière lorsqu'il a assassiné sa voisine. (ats/nxp)

Créé: 22.11.2019, 18h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.