Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 21:50

Jura Le père biologique du bébé poubellisé: «Je veux la reconnaître»

Le géniteur de la petite fille, abandonnée dans un sac à Reconvilier (BE), est identifié. Il ne s'agit pas du copain de la maman, incarcéré quelques jours, mais de son ex: un Neuchâtelois qui ignorait tout de sa grossesse.

17 janvier 2019 - La toute petite a été retrouvée par deux employés de la voirie à l'entrée de ce parking de Reconvilier (BE). Vivante à la naissance, elle gisait sans vie au fond d'un sac à ordures, pas même fermé et déposé contre une barrière.

17 janvier 2019 - La toute petite a été retrouvée par deux employés de la voirie à l'entrée de ce parking de Reconvilier (BE). Vivante à la naissance, elle gisait sans vie au fond d'un sac à ordures, pas même fermé et déposé contre une barrière. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le petit ami de la jeune femme, qui a accouché dans la clandestinité, n'est pas le père de son enfant. Interpellé le 18 janvier au lendemain de la macabre découverte, il avait été placé en détention provisoire par le procureur en charge de cette effroyable affaire. De rapides investigations et les premières constatations effectuées par les enquêteurs de la police bernoise ont permis au Ministère public de lever la mesure d'incarcération préventive et de prononcer sa relaxe, ainsi que l'a révélé «Le Matin» mardi.

Le rôle et l'implication exacts de cet homme dans le processus d'abandon et, partant, la mort du bébé reste, pour l'heure, très flous, tout comme le déroulement précis des faits et la cause du décès. Si sa remise en liberté peut déjà donner quelques indications, cela n'exclut nullement une éventuelle culpabilité ou la commission de l'une ou l'autre infraction (ndlr. complicité). Durant sa détention et ses interrogatoires, l'actuel copain de la jeune mère de Reconvilier – tous les deux vivent dans la commune du Jura bernois – avait nié être le père. A raison.

«Je l'ai appelée Leïla»

Les analyses ADN ont effectivement parlé. Des quidams et/ou des témoins également, puisqu'un géniteur potentiel a été contacté rapidement par la police cantonale bernoise. Il a été testé positif. Le père biologique n'est ainsi pas l'actuel petit ami de la maman de 22-23 ans. Il s'agit en fait d'un Neuchâtelois de 20 ans, qui a non seulement découvert la grossesse d'une relation passée, mais également appris qu'il était le père du nouveau-né de son ex, maintenue en hospitalisation forcée depuis les tristes événements.

Gestionnaire du commerce de détail, très actif en politique dans le canton de Neuchâtel, le jeune homme a décidé de faire face. Bouleversé par ce brusque enchaînement , il a accepté de nous parler à cœur ouvert, mais n'évoquera pas la procédure en cours d'entente avec son avocate: «Je veux et je vais la reconnaître. C'est ma petite fille. C'est mon rôle de père. J'ai toujours dit que j'assumerais si ça devait m'arriver une fois. La reconnaître, c'est la seule chose que je puisse faire. Je ne pourrai jamais m'en occuper. Je lui ai donné un prénom. Je l'ai appelée Leïla. Sa mère en a choisi un autre».

«Je ne sais plus trop où j'en suis»

Ce papa, privé de son état par défaut, n'était au courant de rien. «Je suis tombé des nues quand la police m'a contacté. On se voyait régulièrement. C'était une copine à la base, pas ma copine. Puis on est sorti ensemble durant quelque temps. On s'est quitté après le mois d'avril/mai 2018 (ndlr. période de la conception présumée). Je ne l'ai plus revue après notre rupture, je l'ai juste croisée quelques fois par hasard, rien de plus. Je n'ai jamais rien su. Je suis devenu père à mon insu.»

«Je ne sais plus trop où j'en suis. Mon sentiment, c'est... spécial. C'est assez choquant de vivre ça à 20 ans. La situation (ndlr. les circonstances) est choquante. Ca me fait ch***. Il n'y a pas de mots pour décrire ce que je ressens. C'est très difficile pour moi et mes proches. Je n'ai aucun contact avec l'autre famille. Pour la cérémonie d'adieu, nous n'avons pas encore pu décider.» Le Neuchâtelois est en souffrance, sa voix transpire les sanglots. En quelques jours, il est devenu, simultanément, papa et orphelin de sa fille, découverte sans vie au fond d'un sac à ordures.

evelyne.emeri@lematin.ch

Créé: 07.02.2019, 17h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.