Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 01:20

Justice Pistorius se serait violemment disputé avec sa petite amie

Le procureur Gerrie Nel a contredit mercredi la version du champion sud-africain Oscar Pistorius. Selon un enquêteur, un témoin a entendu une femme crier «puis de nouveaux tirs». L'audience reprendra jeudi.

Pistorius avait déjà été arrêté

«Je ne me rappelle pas exactement la date, mais il y a eu un incident à son domicile, où il a été arrêté pour une agression, je pense», a déclaré l'enquêteur Hilton Botha à la barre.

Depuis la mort de Reeva Steenkamp,la presse sud-africaine décrit Oscar Pistorius comme volontiers caractériel, tandis que ses voisins ont fait état d'altercations récurrentes avec ses petites amies successives.

Cet amateur de blondes a passé une nuit en prison en septembre 2009 après avoir été accusé de violences envers une jeune femme, mais le Parquet a abandonné les poursuites.

Pistorius a ensuite porté plainte - sans succès - contre elle pour faux témoignage et contre le ministre de la Police pour arrestation illégale, demandant d'importants dommages et intérêts.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'enquêteur Hilton Botha a déclaré qu'un témoin avait entendu un tir au domicile de Pistorius suivi par des cris, puis par de nouveaux tirs.

Oscar Pistorius avait dit la veille que la soirée s'était bien passée et que le couple s'était endormi après 22 heures. Le sportif affirmait qu'il ne s'était réveillé que peu de temps avant les faits et avait tiré sur la porte des toilettes car il craignait l'intrusion d'un voleur et pensait que sa petite amie était encore au lit.

Victime habillée

«La victime était habillée au moment des tirs», a souligné le procureur Gerrie Nel, ajoutant que l'accusé avait ouvert un «tir délibéré vers le siège des toilettes d'une distance de 1,5 mètre» et qu'il «a tiré directement sur les toilettes, en direction de la cuvette».

Reeva Steenkamp portait un short blanc et un haut noir et était couverte de serviettes au moment où les secours sont arrivés, a-t-il précisé. «Quand vous ouvrez la porte, le siège des toilettes se trouve à votre gauche. Il faut donc se tourner un peu et tirer en angle pour toucher les toilettes», a précisé l'enquêteur Botha, qui a présenté un plan des lieux à la cour.

L'enquêteur a expliqué être arrivé à 4h15 du matin jeudi 14 février, jour de la Saint Valentin, alors que Reeva Steenkamp était déjà décédée, ce qui est conforme à la version de Pistorius qui avait dit qu'elle était morte dans ses bras.

«J'ai trouvé la personne décédée gisant sur le sol au pied des escaliers au rez-de-chaussée. Elle avait déjà été déclarée morte par les ambulanciers», a précisé le policier.

Trois impacts

Il y a eu trois impacts de balle, selon lui: à la tête à droite au-dessus de l'oreille, au coude droit ce qui a cassé le bras, et à la hanche droite. La police a trouvé deux téléphones portables dans la salle de bain, mais ils n'ont pas été utilisés le matin du crime, a-t-il relevé.

Le policier a annoncé par ailleurs que deux boîtes de testostérone et des aiguilles avaient été retrouvées dans la chambre, de même que des balles de calibre .38, et que l'accusé serait poursuivi pour détention illégale de munitions. «Il n'est pas en possession d'une licence pour posséder des .38», a expliqué Hilton Botha.

Plaidant l'accident, la défense demande la libération sous caution de Pistorius, tandis que le ministère public estime qu'il y a eu meurtre avec préméditation. Les audiences pourraient durer jusqu'à vendredi, selon le Parquet, alors que Reeva Steenkamp, 29 ans, a été incinérée dans l'intimité mardi à Port Elizabeth (sud). (ats/afp/rtf/nxp)

Créé: 20.02.2013, 14h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.