Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

Guerre des Rose (VD) Elle le poignarde quatre fois, il ne porte pas plainte

Son mari pensait que son épouse le trompait. Furieuse, elle le plante avec un couteau de cuisine, le blessant grièvement. Le couple a repris la vie commune dans le Chablais vaudois après les trois mois de détention provisoire de Madame.

La poignardeuse camérounaise comparaît ce mercredi dès 9h devant le Tribunal de Vevey (VD) pour tentative de meurtre, lésions corporelles graves et mise en danger de la vie d'autrui.

La poignardeuse camérounaise comparaît ce mercredi dès 9h devant le Tribunal de Vevey (VD) pour tentative de meurtre, lésions corporelles graves et mise en danger de la vie d'autrui. Image: Maxime Schmid

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'affaire est à la fois gravissime et rocambolesque. Un couple de Camerounais de 33 et 25 ans s'est méchamment disputé le 11 janvier 2018 vers 22h30. Trente minutes plus tôt, Christian* est allé récupérer sa femme Flore* à la gare d'Aigle (VD) près de chez eux, quasi convaincu que celle-ci voyait un autre homme que lui. De retour dans l'appartement familial, dans une ambiance plombée, il demande à son épouse et à la «baby-sitter» du fils de Flore de s'installer au salon pour discuter de la situation. Le ton monte rapidement. Monsieur se lève, gifle Madame et la bouscule au point de la faire tomber à terre. Soucieuse d'épargner tout le monde, la personne, qui s'occupait du garçonnet de 5 ans, emmène l'époux hors du domicile dans le couloir.

«Vas-y, tue-moi, tu vas faire de la prison!»

Dans l'intervalle, Flore se reprend et va chercher un couteau de cuisine avec une lame de 14 cm. Christian est de retour dans leur logement et tente de la désarmer. Dans la bagarre, ils trébuchent et finissent au sol. Bloquée sous son mari, la jeune femme lui assène au moins un coup de couteau dans la cuisse gauche (ndlr. deux plaies). Parvenue à se dégager, elle court vers l'ascenseur. Il la suit et lui crie: «Vas-y, tue-moi, tu vas faire de la prison!» Flore se retourne, son arme tranchante toujours à la main. La rixe reprend de plus belle. Les deux protagonistes sont à nouveau par terre. Christian frappe Flore sur le côté de la mâchoire, essayant désespérément de lui faire lâcher le couteau. C'est là qu'elle frappe à nouveau à deux reprises et plante encore la lame dans le dos de son conjoint ainsi que dans son flanc gauche.

Appelés par les voisins, la police et les ambulanciers découvrent un homme gravement blessé et dont les lésions peuvent évoluer vers un risque vital en l'absence de traitement hospitalier. D'abord transporté à l'Hôpital du Chablais, il sera finalement transféré au CHUV au vu de son état inquiétant. Sourde aux injonctions des agents, alors qu'elle tient toujours son arme, Flore nettoie le sol maculé de sang devant son appartement de manière automatique. Elle est placée en détention préventive pour trois mois, qui ne seront pas renouvelés. Elle ne conteste pas les faits de base. Et recouvre sa liberté le 12 avril. La Camerounaise rentre à la maison retrouver son petit garçon et son mari. Christian n'a pas déposé plainte contre son agresseuse.

Versions divergentes

Poursuivie d'office, l'accusée comparaît ce mercredi devant le Tribunal d'arrondissement de l'Est vaudois, à Vevey. Le procureur Hervé Nicod a retenu la tentative de meurtre compte tenu de sa persistance - quatre coups de couteau - et donc d'une intention réelle. La prévenue devra, subsidiairement, répondre de lésions corporelles graves et de mise en danger de la vie d'autrui. À ce stade, entre les deux protagonistes et la témoin (ndlr. la baby-sitter), trois versions s'entrechoquent quant aux circonstances exactes de ce dérapage et au déroulement précis des faits reprochés.

Me Benjamin Schwab sera à la défense d'office et représentera les intérêts de Flore. Pas d'autre avocat dans la salle d'audience de la Riviera, Christian ne s'étant pas porté partie civile. Me Schwab tentera sans nul doute de faire tomber la qualification de tentative de meurtre malgré l'obstination de sa cliente.

evelyne.emeri@lematin.ch

*Prénoms d'emprunt

Créé: 17.10.2018, 06h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.