Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 07:42

Floride Les policiers débloquent le smartphone d'un mort avec son doigt

Les enquêteurs entendaient ainsi accéder au contenu du téléphone d'un homme abattu quelques jours plus tôt.

Utiliser le doigt d'un mort afin de débloquer son smartphone? C'est l'idée qu'ont eue deux policiers américains, en Floride.

Utiliser le doigt d'un mort afin de débloquer son smartphone? C'est l'idée qu'ont eue deux policiers américains, en Floride. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Afin d'accéder aux données d'un smartphone appartenant à un mort, deux policiers de Largo, en Floride, se sont rendus à la morgue. Leur idée? Utiliser le doigt du macchabée afin de déverrouiller le téléphone portable!

Tampa Bay Times révèle l'affaire et précise que l'homme est décédé le 23 mars dernier, tué lors d'un contrôle de police.

La fiancée du défunt, qui était présente à la morgue, s'est offusquée des méthodes des forces de l'ordre et a avoué s'être sentie violée quand les policiers ont œuvré, «en tenant la main du défunt et en appuyant son doigt contre le capteur».

L'acharnement des enquêteurs s'est toutefois soldé par un échec, puisqu'ils ne sont pas parvenus à déverrouiller l'appareil dans les temps. En effet, le délai imparti par la loi pour accéder au corps du mort a été dépassé. Le contenu du smartphone ne pourra donc pas être exploité.

Créé: 24.04.2018, 20h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.