Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:09

Canada Un preneur de son parisien emporté par un grizzly

Le campeur franco-canadien de 44 ans séjournait dans les territoires du grand Ouest. Il a été mortellement attaqué par un ours, le 15 août.

Julien, 44 ans, a été surpris en plein sommeil et emporté dans la forêt. Il n'a pas survécu à ses blessures.

Julien, 44 ans, a été surpris en plein sommeil et emporté dans la forêt. Il n'a pas survécu à ses blessures. Image: Facebook/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un quadragénaire qui faisait du camping dans le grand Ouest canadien a été tué par un ours, le 15 août. L'animal a surpris Julien, 44 ans, en plein sommeil. Il a attrapé le Franco-Canadien par le cou et l'épaule et l'a emporté dans la forêt. Le corps du malheureux a été retrouvé le lendemain après-midi, dans une zone sauvage du nord du pays, rapporte «Le Parisien».

Julien, qui habitait en région parisienne, était en train de réaliser l'un de ses rêves: «Descendre, en autonomie, le fleuve Mackenzie en canoë-kayak, depuis Fort Providence jusqu'à Inuvik (environ 1 500 km)», expliquait-il sur une plateforme de financement participatif. Ce voyage devait durer environ un mois, et devait mêler loisir et travail. Julien avait en effet l'intention de réaliser une création avec les sons enregistrés sur place et la présenter à une exposition en France.

«Cela faisait trois ans qu'on y pensait»

Le quadragénaire était accompagné de Camille, une amie biologiste, qui a alerté les secours après le drame. Contactée par le quotidien français, elle a refusé de préciser les circonstances de l'attaque. «Il m'avait proposé de participer à cette aventure, ça faisait trois ans qu'on y pensait. On était tellement content de le réaliser. C'était un artiste particulier, il s'inspirait des grands espaces et de la nature», témoigne Camille.

Restée en France, sa compagne Laura évoque sa passion pour les voyages: «Il avait lié sa passion de la nature avec celle de la musique. Il faisait plutôt ce qu'on appelle de la musique classique, mais toujours dans une démarche contemporaine en enregistrant des paysages sonores», explique-t-elle. L'année dernière, le quadragénaire avait passé 5 mois sur les îles Kerguelen en Antarctique, en compagnie de scientifiques. À partir des sons qu'il avait enregistrés là-bas, il avait composé une «Symphonie australe» qui avait été jouée par l'Orchestre de Bretagne et diffusée sur France Musique. «Ce voyage l'enthousiasmait tellement. Malheureusement, ça lui a coûté la vie», conclut Laura.

Créé: 20.08.2019, 11h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.