Mardi 24 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:10

France Prison ferme pour des Suisses pincés avec 240 000 francs

Les douaniers français avaient déniché un magot planqué dans les ailes d’une voiture occupée par trois Suisses.

Les douaniers français avaient trouvé quelque 20 000 francs. Puis près de 200 000 euros essentiellement constitués de coupures de 500 euros.

Les douaniers français avaient trouvé quelque 20 000 francs. Puis près de 200 000 euros essentiellement constitués de coupures de 500 euros. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’affaire a débuté le 18 février 2018 à la douane de Ferney-Voltaire, aux portes de Genève. Et elle vient de connaître son épilogue avec la condamnation des protagonistes, des Suisses de Winterthour.

Tout a débuté par un contrôle à Ferney d’un véhicule occupé par trois hommes. Les douaniers ont alors découvert, répartie sur les hommes, dans leurs portefeuilles et des pochettes, «la somme rondelette de 19 950 francs suisses», explique «Le Messager».

De l'argent pour les vacances

Les individus, deux frères et un autre adulte, ont prétendu qu’ils étaient en route pour Barcelone et que cet argent était destiné à leurs vacances. Ils étaient alors déjà dans l’illégalité: toute somme supérieure à 10 000 francs doit être déclarée. Mais leur cas n’était pas encore bien grave.

Les douaniers français, cependant, ont décidé de pousser leurs investigations. Et ils ont déniché, «bien rangés sous les ailes arrière» de la Mini-Cooper des Suisses «des sachets contenant des billets de banques, essentiellement des coupures de 500 euros», écrit «Le Messager». Beaucoup de coupures: il a fallu du temps pour tout compter. Verdict final: 195 800 euros, soit près de 220 000 francs. En ajoutant les 20 000 francs, on arrive à 240 000.

Cannabis, cocaïne et ADN

Les trois Suisses ont alors été placés en détention provisoire. Et les limiers ont continué leurs découvertes. Ils ont trouvé «des traces significatives de cannabis et de cocaïne» sur les billets et dans le coffre de la voiture. Ainsi que l’ADN d’un des suspects sur un sachet contenant les grosses coupures. Les trois individus juraient pourtant qu’ils ignoraient qu’un pactole était caché dans leur voiture…

Des smartphones ont également parlé. L’un a révélé que les Suisses étaient déjà à Barcelone un mois avant leur interpellation. Et sur un téléphone, on a découvert une application permettant d’effacer automatiquement les conversations. Son propriétaire s’est justifié en disant «qu’il souhaitait ainsi ne pas attirer l’attention de sa femme sur quelques coups de fils passés à des escort girls en vue prestations facturées…»

Prison ferme et lourde amende

La justice française était convaincue d’avoir affaire à un cas de blanchiment d’argent lié à la drogue et un transport de fonds entre la Suisse et l’Espagne. Durant d’instruction, cependant, il est apparu que l’un des trois hommes – un des deux frères – n’était pas impliqué. Il a été libéré.

Après près de 18 mois de détention provisoire, les deux autres viennent de devoir répondre de leurs actes devant le tribunal de Bourg-en-Bresse. Les réquisitions du parquet ont été suivies et ils ont été condamnés à quatre ans de prison ferme. Ainsi qu’à régler une amende de 150 000 euros aux services des douanes.

Créé: 09.07.2019, 07h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.