Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 23:00

Procès Le prof de chimie fabriquait sa drogue

L’histoire est digne de «Breaking Bad». Un chimiste de Soleure est accusé d’avoir fabriqué du LSD, de l’ecstasy et des amphétamines. Il risque 2 ans de prison.

?Le prof de chimie Peter M. a synthétisé durant trois ans des drogues dans son labo dans le but de les vendre.

?Le prof de chimie Peter M. a synthétisé durant trois ans des drogues dans son labo dans le but de les vendre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans de la série américaine, un professeur de chimie fabrique sa propre drogue pour la revendre dans le monde entier via un intermédiaire. Même scénario, mais à un détail près, les tribulations de Peter M. n’ont, elles, rien d’une fiction télévisée. Lundi, ce professeur de chimie soleurois âgé de 45 ans a comparu devant le Tribunal d’arrondissement de Zurich. Il est accusé d’avoir utilisé son laboratoire de chimie pour approvisionner le marché de la drogue.

Simple curiosité enfantine

Durant l’audience, l’enseignant a tenté de s’expliquer: «C’est d’une grande stupidité. C’est comme une sorte de curiosité enfantine pour ces substances psychotropes. Des choses, habituellement, que l’on fait à l’âge de 20 ans.» Le chimiste n’opérait apparemment pas tout seul; son complice est un Néerlandais, Holger K., âgé de 32 ans.

Le Soleurois se serait-il inspiré de la série américaine dont la diffusion a débuté en 2008? Cela semble peu probable, car les faits se sont déroulés entre 2006 et 2009. Durant plus de trois ans, il a fabriqué des stupéfiants qualifiés de très bonne qualité tels que du LSD, de l’ecstasy, du MDMA, toutes sortes d’amphétamines revendues sous forme de pilules. Le Suisse s’est soudainement pris pour une sorte de «baron de la drogue», comme a souligné Blick. Avec son complice, ils ont par exemple réussi au printemps 2009 à écouler 100 000 pilules pour 10 000 francs, dont 16 800 destinées à la revente à l’étranger.

Expérience douloureuse

Depuis son arrestation en 2009, quand les enquêteurs ont découvert l’utilisation détournée de son laboratoire, le chimiste a déjà passé 86 jours en détention: «Une expérience douloureuse», a-t-il décrit au procès. Le Tribunal requiert pour lui et son complice 2 ans de prison avec sursis. (Le Matin)

Créé: 28.11.2013, 13h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.