Mardi 18 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:17

Kenya Plus de 50 morts dans un accident d'autocar

Un dramatique accident de la route dans l'ouest du Kenya fait au moins 51 morts. Le choc a été si violent que le toit du véhicule a été arraché.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins 51 personnes ont été tuées mercredi matin dans un accident d'autocar dans l'ouest du Kenya, a annoncé la police. Le véhicule effectuait une liaison entre Nairobi, la capitale, et Kisumu, située dans l'ouest du pays, sur les rives du Lac Victoria.

«Nous avons malheureusement un bilan de 51 morts», a affirmé le chef de la police kenyane Joseph Boinnet à la radio Capital FM. Selon la police, l'autocar transportait 52 passagers.

D'après des témoins, le car est sorti de la route dans une descente dangereuse. Selon la Croix-Rouge locale, le toit du véhicule a été totalement arraché. Le président Uhuru Kenyatta a annoncé sur Twitter qu'une enquête était ouverte pour déterminer les causes de cet «accident catastrophique».

Les statistiques officielles des autorités font état d'environ 3000 morts par an sur les routes du Kenya, mais selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), ce nombre serait supérieur à 12'000.

(afp/nxp)

Créé: 10.10.2018, 07h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.