Lundi 18 juin 2018 | Dernière mise à jour 12:33

Papouasie-Nouvelle-Guinée Quarante-neuf détenus s'évadent, dont un cannibale

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est en état d'alerte après l'évasion de 49 détenus. Parmi eux se trouve le chef d'une secte, condamné pour pédophilie et soupçonné de cannibalisme.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une vaste chasse à l'homme était engagée dimanche en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour retrouver 49 détenus évadés d'une prison. L'un d'eux, surnommé le «Jésus noir», est le chef d'une secte, condamné pour pédophilie et soupçonné de cannibalisme, selon les médias australiens.

Arrêté en 2007, cet ancien pasteur luthérien a été reconnu coupable en 2010 du viol de jeunes filles membres de sa secte d'inspiration chrétienne, et condamné à 10 ans de réclusion.

A l'époque, il avait des milliers de partisans et une armée de gardes du corps. Dans ses prédications, il affirmait, en invoquant une prophétie divine, que des jeunes filles devaient se «marier» avec lui.

Cannibalisme et sacrifices

Son mouvement était soupçonné de pratiquer le cannibalisme et des sacrifices rituels, mais il n'a jamais été poursuivi pour ces chefs d'accusation.

L'évasion s'est produite jeudi au changement de service des surveillants de l'établissement pénitentiaire, selon l'administration carcérale. «Ces personnes sont très, très dangereuses et pourraient être armées», a précisé le chef de la police locale.

Les croyances en la sorcellerie restent très répandues dans ce pays pauvre de l'océan Pacifique. Le cannibalisme survient parfois.

L'an dernier, la police a arrêté des dizaines de personnes liées à une secte cannibale, accusée d'avoir tué au moins sept personnes, d'avoir mangé leurs cervelles et d'avoir fait de la soupe avec leurs pénis. (ats/nxp)

Créé: 25.03.2013, 07h08

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.