Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 08:15

France Son régulateur de vitesse se bloque à 200 km/h

Le conducteur a parcouru près de 200 kilomètres à tombeau ouvert. Il a fini par diriger sa voiture dans un fossé pour qu'elle s'arrête.

C'est sur une Renault Laguna 3 d'un modèle récent que l'incident s'est produit.

C'est sur une Renault Laguna 3 d'un modèle récent que l'incident s'est produit. Image: Renault

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grosse frayeur samedi dernier pour Frank Lecerf, un handicapé de 36 ans habitant la région d'Amiens (F). Alors qu'il s'était mis au volant de sa voiture pour aller faire ses courses à une dizaine de kilomètres de chez lui, comme le relate le Courrier picard, il s'engage sur un tronçon d'autoroute et règle sa vitesse à 100 km/h. Mais il se rend vite compte que sa Renault Laguna 3 prend progressivement de la vitesse, au lieu de rester calée à 100 km/h.

Impossible d'arrêter la voiture

Au bout de quelques instants, son auto atteint 160 km/h. Il tente de désactiver le régulateur: impossible, le système est bloqué. Il essaie de freiner, la voiture continue d'accélérer. Il appelle alors la police avec son téléphone portable. Rapidement, il se trouve en ligne avec les gendarmes, les secours et même un technicien de chez Renault.

Escorté par les gendarmes

Mais rien n'y fait. La voiture continue d'accélérer sur l'autoroute. Elle roule maintenant à 200 km/h, escortée par un véhicule de gendarmerie fonçant à ses côtés toutes sirènes hurlantes pour lui ouvrir la voie. Le cortège franchit à tombeau ouvert trois stations de péage, qui avaient été averties et avaient relevé leurs barrières pour laisser passer la voiture folle.

Il franchit la frontière belge

«J'ai vu ma vie défiler, a déclaré Frank Lecerf au Courrier Picard, je voulais que ça s'arrête.» Mais la Renault ne s'arrête pas. Elle franchit la frontière belge à toute vitesse, et toujours impossible de la freiner ou de l'arrêter.

Il s'en sort sans mal

Le conducteur tente alors le tout pour le tout. Il engage volontairement sa voiture dans le bas-côté, parvenant ainsi à la stopper sans causer d'accident. Enfin! Il se trouve à Alveringem, et a parcouru quelque 210 kilomètres depuis son point de départ.

Frank Lecerf a eu de la chance: il n'est même pas blessé. Mais l'émotion a été trop forte: il fait deux crises d'épilepsie coup sur coup.

C'était la troisième fois!

Le plus incroyable dans cette histoire, c'est que ce n'était pas la première fois que ça arrivait, mais la troisième! Un jour, il avait déjà dû être escorté sur l'autoroute par les gendarmes.

«Les deux fois, j'ai ramené la voiture chez Renault. Ils l'ont gardée deux ou trois jours, mais ils me l'ont rendue en disant qu'il n'y avait aucun problème. Ils ne m'ont pas pris au sérieux», explique-t-il en ajoutant que cette fois, il allait déposer plainte pour «mise en danger de la vie d'autrui».

Voiture spécialement adaptée

Précisons que sa voiture est un modèle spécialement adapté à son handicap: l'accélérateur et le frein se commandent avec les mains au lieu des pieds. Un détail qui pourrait expliquer les dysfonctionnements constatés.

Mais après toutes ces frayeurs, Frank ne prendra plus jamais le volant de sa Renault Laguna 3. «Je suis un miraculé, je ne vois pas d'autre mot. Quoi qu'il arrive, je ne toucherai plus à cette voiture», conclut-il. On peut le comprendre.

Créé: 13.02.2013, 11h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.