Vendredi 19 octobre 2018 | Dernière mise à jour 07:00

France Il s'indigne de la diffusion de vidéos de son fils empalé

Face à des images devenues virales, le père de la victime dénonce une «atteinte caractérisée à la dignité» et un voyeurisme «abject».

Capture d'écran. Le 27 septembre dernier, un homme est tombé d'un immeuble à Paris et s'est empalé sur un des poteaux alignés au bord d'un trottoir. Sa chute a été capturée par une caméra de surveillance.

Capture d'écran. Le 27 septembre dernier, un homme est tombé d'un immeuble à Paris et s'est empalé sur un des poteaux alignés au bord d'un trottoir. Sa chute a été capturée par une caméra de surveillance. Image: dr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le père de l'homme filmé empalé sur un poteau de trottoir a dénoncé une «atteinte caractérisée à la dignité de la victime» et un voyeurisme «abject», après la diffusion de vidéos devenues virales relatant son agonie, selon un communiqué transmis à l'Agence France Presse (AFP). «La diffusion de ces images, particulièrement violentes et choquantes, constitue une atteinte caractérisée à la dignité de la victime, depuis décédée», déclare Tewfik Bouzenoune, l'avocat du père de cet homme.

La justice et l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) ont été saisies après la diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos montrant cet homme empalé sur un poteau de trottoir, au moment de sa chute d'un immeuble et durant sa réanimation à l'hôpital. «Il est aujourd'hui souhaitable que les responsabilités pénales de ceux qui ont fabriqué, transporté et diffusé ces images violentes (au sein de la Préfecture de police de Paris comme au sein de l'hôpital ou sur les réseaux sociaux) soient établies», poursuit l'avocat.

L'AP-HP a confirmé qu'une vidéo a été tournée dans un de ses hôpitaux où le patient a été amené par les pompiers. L'auteur de cette vidéo s'exclame en gloussant: «Oh misère! Oh la vache! Oh putain! Ah! Mais quelle horreur! Quelle horreur», avant d'ajouter en ricanant: «C'est bon, il est sauvé, du coup!».

Une enquête administrative interne va être diligentée afin notamment de «lever les doutes sur une éventuelle implication de (ses) agents».

«Violation du secret professionnel»

De son côté, la Préfecture de police (PP) a indiqué que «l'IGPN a été saisie sur les images de vidéosurveillance» montrant la chute de la victime et diffusées sur les réseaux sociaux. Le parquet de Paris a confié le 3 octobre à l'IGPN une enquête pour «violation du secret professionnel».

La vidéo montre un écran d'ordinateur filmé avec un téléphone portable où l'on voit un corps tomber brutalement, puis rester figé en position assise au bord du trottoir d'une rue parisienne. Des voix commentent la scène: «Il s'est pris le poteau ?» demande une première voix masculine. «Ouais, il est empalé sur le poteau», lui répond un deuxième homme.

L'avocat de la victime appelle à ce que chacun prenne «ses responsabilités dans la diffusion et la description de ces images, y compris certains médias». «Le respect dû la dignité de la victime et à la douleur de ses proches doit aujourd'hui primer sur le sensationnalisme ou le voyeurisme le plus abject», a-t-il ajouté. (AFP/Le Matin)

Créé: 10.10.2018, 15h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.