Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 07:53

Justice «Je savais que j’étais recherché. On est allés en Suisse»

Durant une cavale de plus d’un mois entre la France et la Suisse, deux hommes avaient aligné les délits. Ils ont été condamnés.

Avant d’être interpellés, les deux compères avaient – entre autres – dérobé cinq voitures. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux «voleurs en série» se sont retrouvés jeudi au Palais de Justice de Lons-le-Saunier, relate «Le Progrès». «Je suis parti en cavale car je savais que j’étais recherché. Je ne voulais pas retourner en prison. On est allés en Suisse pour ne pas se faire attraper par les policiers français», a reconnu l’un d’eux. Raté: les deux hommes avaient finalement été interpellés en mars 2018 et placés en détention provisoire. L’un a été libéré il y a six mois. Le second est toujours derrière les verrous.

L’affaire avait débuté début 2018 avec la disparition de quelque 300 courriers et colis à Dole, dans le Jura. Les enquêteurs avaient identifié des suspects et perquisitionnés un logement, où ils avaient retrouvé deux sacs de La Poste. Ils avaient alors tenté de mettre la main sur les deux hommes. Qui avaient pris la fuite. Pour «une cavale de plus d’un mois entre la Franche-Comté, la Savoie et la Suisse».

Ils ont admis les faits

Un périple durant lequel les deux acolytes, consommateurs de stupéfiants, ont aligné les délits. À leurs actifs: cinq voitures volées ou des utilisations de chèques dérobés sans compter de multiples infractions au Code de la route et le vol du sac à main d’une vieille dame.

Une virée avec apparemment de multiples passages de frontière qui s’est donc finalement achevée en mars 2018. L’un avait fini par se rendre, à Dole. L’autre, après quelques larcins supplémentaires, avait été interpellé peu après à Maîche, dans le Doubs.

Devant la justice, note «Le Progrès», les deux hommes «ont justifié leur longue cavale délictueuse par la peur d’être arrêtés et le manque d’argent». Mais ils ont admis la majeure partie des faits qui leur était reprochés. L’homme qui avait été libéré a écopé de 16 mois de prison dont 8 avec sursis. Il est reparti libre du tribunal. Le second à 30 mois dont 15 avec sursis. Il est retourné derrière les barreaux.

Créé: 22.06.2019, 16h45

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.