Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 17:34

témoin Le Sépey (VD): «Il n'était pas derrière le container l'autre jour»

Un habitant de la commune d'Ormont-Dessous a fait des recherches avec le fils de la victime. Il affirme qu'il y a deux semaines le cadavre du disparu ne se trouvait pas à l'endroit où il a été découvert le 29 juin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J'ai vu la police samedi soir en rentrant du boulot. Elle s'affairait autour de sa maison, qui est contiguë au garage des bus postaux. J'ai demandé ce qu'il se passait. Les policiers m'ont répondu qu'ils avaient trouvé quelqu'un, mais qu'ils ne savaient pas si c'était A*.» Le jeune homme, qui nous parle, connaissait bien l'Uruguayen d'une cinquantaine d'années, retrouvé mort sous de la ferraille, derrière un container, en contrebas de la gare du Sépey (VD). C'est un chauffeur des Transports publics du Chablais (TPC) qui a fait la macabre découverte le 29 juin vers 18h, indisposé par une odeur fétide. Il se trouvait précisément au dépôt.

Disparu avant début juin

«A. vivait ici depuis plusieurs années. Je crois qu'il touchait l'AI à cause de problèmes de dos. Je passe devant chez lui pour rentrer chez moi. Je connais bien aussi son fils cadet de 19 ans (ndlr. il vit dans le Bas-Valais). Ils étaient très très proches. Son fils l'a signalé disparu début juin, mais il n'avait déjà plus de nouvelles depuis un moment», poursuit ce voisin, bouleversé par la nouvelle du décès de ce père de deux enfants. «Il était très gentil.» Selon lui, cet ex-électricien était séparé de sa femme, une Valaisanne.

«Il n'est pas arrivé là tout seul»

«C'est pas possible. J'ai fouillé les alentours de sa maison il y a deux semaines sur un rayon de 5 km. Son fils a fait 15 fois le tour de la maison et du dépôt de bus, il n'y avait personne. Je ne comprends pas comment un chauffeur a pu le retrouver maintenant à cet endroit, à côté du garage des TPC, derrière ce container, alors qu'il n'y était pas lors de nos recherches. Nous n'avons senti aucune odeur de cadavre. Il n'a pas pu arriver là tout seul après qu'on a tout retourné et rien vu. Je n'y crois pas», détaille le jeune homme.

Il buvait trop

«Avec son fils, on a d'abord pensé qu'il était parti cueillir des champignons – il en vendait au restaurant du Cerf – et qu'il avait fait une mauvaise chute en forêt. Puis on a pensé à une mauvaise rencontre.» Si A. était discret et taiseux, au village il était connu de tous. Il avait en revanche un souci que nul n'ignorait: son penchant pour l'alcool. «Il buvait beaucoup, raconte un couple de villageois, C'est dommage. Ça le rendait parfois agressif. Il est arrivé qu'il s'en prenne verbalement à des gens, notamment dans le train Aigle – Sépey – Diablerets (ASD).»

«Il n'était pas suicidaire»

«Ça lui arrivait aussi de partir quelques jours, mais il donnait toujours des nouvelles. Il descendait très souvent à Clarens (ndlr. Montreux) parce qu'il y avait habité. Tous ses amis et ses connaissances s'y trouvaient. Il aimait les y retrouver», note encore notre interlocuteur. L'hypothèse de l'accident, il ne voit pas comment. Et une mort volontaire? L'alcool a-t-il pu l'entraîner dans les affres de pensées suicidaires? «Il n'était pas suicidaire. Il n'aurait jamais pu faire ça à ses enfants.»

Alors quoi? Comment expliquer la découverte de ce quinquagénaire derrière ce container? A-t-il chuté du muret de 3-4 mètres de haut, proche de ce container, et s'est-il mortellement blessé ainsi? Comme le commentait lundi le procureur Jean-Marie Ruede, «toutes les hypothèses sont ouvertes et étudiées. De l'accident au meurtre.» Le défunt était inconnu des services de police et avait des papiers en règle.

Habits sur le sol

Une chose interpelle encore notre témoin et le fils de la victime lorsqu'ils ont pénétré au domicile de A. après sa disparition. «La police dit qu'il n'y avait pas de désordre (ndlr. ce qui exclurait des traces de lutte). C'est son fils qui a rangé l'appartement. En fait, c'était en bordel. L'armoire à vêtements était ouverte et ses habits étaient par terre. Peut-être que nous n'aurions pas dû y toucher.»

evelyne.emeri@lematin.ch

*Identité connue de la rédaction

Créé: 03.07.2019, 06h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.