Dimanche 22 avril 2018 | Dernière mise à jour 21:50

En appel Sperisen gagne le premier set

Le procès à Genève de l’ex-premier flic du Guatemala a débuté par un revers pour le parquet. Puis l’accusé a choisi de se taire.

Mes Giorgio Campa (à g.) et Florian Baier encadrent Erwin Sperisen à son arrivée au tribunal lundi matin.

Mes Giorgio Campa (à g.) et Florian Baier encadrent Erwin Sperisen à son arrivée au tribunal lundi matin. Image: Maxime Schmid

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le premier procureur Yves Bertossa avait tenté de se ménager, à la dernière minute, une porte de sortie. La Cour la lui a claquée sur les doigts. Hier, à l’entame du second procès en appel d’Erwin Sperisen, elle a refusé que le ministère public complète son acte d’accusation: l’ex-chef de la police du Guatemala sera rejugé pour assassinats, et que pour ça. Au terme des débats, il sera soit assassin, soit innocent. Ce sera noir ou blanc. Cette dernière issue devenant de plus en plus probable, le Parquet genevois aurait souhaité ajouter du gris et la possibilité d’une condamnation pour assassinats «par omission».

En 2005, dans le petit État d’Amérique centrale, trois fugitifs évadés du pénitencier d’El Infiernito sont abattus par les forces de l’ordre. L’année d’après, alors que 3000 policiers reprennent la prison de Pavon, tombée aux mains des 1800 détenus qu’elle abrite, sept d’entre eux sont exécutés.

Suivant la thèse du parquet, la Chambre d’appel genevoise avait condamné en 2015 Erwin Sperisen à la prison à vie pour dix assassinats. En juin 2017, le Tribunal fédéral a cassé ce jugement. Hier, Yves Bertossa a persisté. «Pour le ministère public, cela ne fait aucun doute qu’Erwin Sperisen doit être condamné pour coactivité directe.» Mais il a aussi prévu l’échec. «Les juges doivent disposer de toutes les options.» Dont celle de la commission par omission, signifiant en clair que le prévenu n’a pas commandité les meurtres, mais n’a rien fait pour freiner les tueurs.

Mauvais carnet pour Genève

La défense de l’accusé exclut d’accepter une telle nuance. Pour la première fois depuis l’arrestation de leur client en août 2012, elle se trouve en situation favorable: le Tribunal fédéral tient en effet pour acquis qu’un commando a perpétré les exécutions extrajudiciaires qui font l’objet de ce procès. Il a en revanche jugé que Genève n’avait pas su établir la responsabilité directe d’Erwin Sperisen. La Cour suprême parle ainsi «d’appréciation arbitraire des preuves» et de «développements insuffisamment motivés». Il invite la Chambre d’appel à revoir sa copie.

Me Giorgio Campa, l’un des avocats du colosse roux, n’entend pas abandonner une telle position de force alors qu’un acquittement complet est envisageable. «Il est exclu que l’horrible monstre qui avait tué devienne simplement un mauvais directeur de la police. Il s’agit d’une nouveauté d’un ministère public aux abois qui voit son acte d’accusation s’effondrer. Le droit lui interdit ne serait-ce que de songer à le modifier.»

La stratégie du silence

La présidente de la Cour, Alessandra Cambi Favre-Bulle, celle-là même qui avait condamné Erwin Sperisen à la prison à vie en 2015, lui donne raison. Elle «ne saurait donner l’occasion au ministère public de modifier son acte d’accusation, car cela changerait le cadre des débats.»

Ne reste plus à Erwin Sperisen qu’à se taire pour éviter de donner du grain à moudre au tribunal. «Depuis plus de cinq ans, j’ai été interrogé par le ministère public et différents tribunaux. Tout ce que j’avais à dire, je l’ai déjà dit. Et tout a été retourné contre moi. Je ne réponds plus.» Le procès se poursuit toute la semaine. (Le Matin)

Créé: 17.04.2018, 14h19


Sondage

Etes-vous toujours à jour avec impôts?





Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.