Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 10:26

Montbéliard (F) Un Suisse condamné à 7 ans de prison pour transmission du sida

Un ressortissant suisse avait transmis le virus du sida à un ex-compagnon vivant en France, après avoir eu avec lui des relations sexuelles non protégées sans l'avoir averti qu'il était séropositif.

Une vue microscopique du VIH, infectant l'Homme et responsable du syndrome d'immunodéficience acquise (sida).

Une vue microscopique du VIH, infectant l'Homme et responsable du syndrome d'immunodéficience acquise (sida). Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un quinquagénaire suisse a été condamné à 7 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Montbéliard, dans le département du Doubs, proche de la Suisse, pour avoir consciemment transmis le sida à son ancien compagnon, un Français de 43 ans. Un mandat d'arrêt international a été lancé contre le Suisse, absent de son procès jeudi.

Ce directeur commercial, père de famille divorcé âgé de 53 ans, a été reconnu coupable «d'administration de substances nuisibles ayant provoqué une incapacité permanente», a indiqué vendredi le vice-procureur de Montbéliard Lionel Pascal.

L'homme avait rencontré son ancien compagnon, domicilié dans la périphérie de Montbéliard, en novembre 2004 en Suisse. Après avoir entretenu des relations sexuelles protégées pendant deux semaines, il l'avait ensuite incité à avoir des relations sexuelles non protégées, sans avoir averti son compagnon qu'il était séropositif.

Le prévenu a longtemps affirmé que la victime était au courant de sa séropositivité, avant de changer de version et d'indiquer qu'il n'avait jamais eu de relations sexuelles pouvant exposer son partenaire à la contamination.

Preuves à l'appui

«La parole de la victime est restée constante pendant toute l'instruction, alors que celle du quinquagénaire est fluctuante», a souligné Lionel Pascal, qui a requis sept ans de prison dont deux ans avec sursis.

Selon le ministère public, les dires du plaignant «sont confortés par des éléments scientifiques: la période à laquelle il a été contaminé correspond à celle de ses relations non protégées avec son compagnon suisse et les souches du virus du sida présentes chez les deux hommes sont similaires à 99,2%».

«Le sida est une maladie et une épidémie qui n'est toujours pas contenue et pour laquelle il n'existe aucun traitement», a rappelé M. Pascal. Le vice-procureur de Montbéliard a souligné l'aspect handicapant de la maladie pour la victime «sous trithérapie, fragilisée, et qui vit désormais avec l'idée permanente de la mort». (ats/nxp)

Créé: 11.04.2014, 15h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.