Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 18:58

Aviation Suite à un accident, polémique sur l'alliance Carpatair/Alitalia

Deux personnes, dont un passager qui serait turc, étaient toujours hospitalisées dimanche après l'atterrissage raté de leur avion opéré par la roumaine Carpatair pour le compte d'Alitalia, à Rome, samedi soir.

Selon les photos de plusieurs médias, dans la nuit Alitalia a effacé ses couleurs de la carlingue de l'appareil accidenté.

Selon les photos de plusieurs médias, dans la nuit Alitalia a effacé ses couleurs de la carlingue de l'appareil accidenté. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon la chaîne Sky TG24, les deux blessés les plus graves sont un passager turc, opéré à la colonne vertébrale et une Péruvienne, souffrant de divers traumatismes, que d'autres médias ont identifiée comme une hôtesse de l'air roumaine. Leur vie n'est pas en danger.

Les enquêtes ouvertes par les autorités aériennes, la justice italienne et Alitalia se poursuivaient dimanche à l'aéroport de Rome-Fiumicino, où l'appareil accidenté git dans l'herbe sur son train d'atterrissage complètement détruit. L'avion un ATR-72 de la compagnie roumaine Carpatair était parti de Pise (nord) vers 19h15 samedi et est arrivé à Rome-Fiumicino une heure plus tard mais pour une raison inconnue, le pilote a dû s'y reprendre à plusieurs reprises pour tenter l'atterrissage qu'il a réussi in extremis terminant sa route hors de la piste.

Le directeur de l'aviation civile à Fiumicino Vitaliano Turra a indiqué aux médias que l'accident était sans doute dû à un «enchaînement d'évènements, pas à une seule cause». Selon lui, le vent soufflait «à 50 km/h, il était donc fort mais compatible avec un atterrissage».

Une sécurité qui laisse à désirer

Alors qu'Alitalia dans un premier communiqué avait mis l'accident sur le compte du vent, le directeur opérationnel de la compagnie Giancarlo Schisano a rectifié le tir dimanche. «Il y avait certainement du vent fort mais l'aéroport était ouvert, donc il n'est pas dit que ce soit la cause» de l'accident, a-t-il ajouté sur l'antenne de Sky TG24.

Le dirigeant a confirmé «trois incidents en janvier» sur des vols assurés par Carpatair pour Alitalia mais a souligné que la compagnie dispose de toutes les certifications nécessaires. Après un récent problème de pressurisation sur un vol d'Ancône vers Rome, il y a eu, selon Giancarlo Schisano, une inspection de l'aviation civile et un audit d'Alitalia sur les deux ATR-72 qui assurent des vols intérieurs pour Alitalia.

Alitalia a suspendu son partenariat existant depuis le printemps 2012 avec Carpatair pour les dessertes Rome-Ancône, Rome-Pise et Rome-Bologne, qu'elle assure elle-même. Selon les photos de plusieurs médias, dans la nuit Alitalia a effacé ses couleurs de la carlingue de l'appareil accidenté. Le syndicat de pilotes Uil Trasporti a rappelé avoir tiré la sonnette d'alarme sur les «avaries et problèmes» de Carpatair tandis que le politicien centriste Pierferdinando Casini a dénoncé sur twitter: Alitalia «a été sauvée en 2008 pour un coût de 3 milliards d'euros et en mettant le personnel en chômage technique. Et puis on achète un billet d'Alitalia et on se retrouve sur un vol Carpatair avec un niveau de sécurité insuffisant, c'est inacceptable».

(afp/nxp)

Créé: 03.02.2013, 22h34

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.