Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 22:14

Suisse Le train a déraillé à cause d'un aiguillage insuffisant

L'aiguillage, qui s'est rompu et a fait dérailler un train le 29 mars 2017 en gare de Berne, était trop faible pour sa charge quotidienne. C'est la conclusion du rapport publié ce mardi.

Le 29 mars 2017, le train avait déraillé en gare de Berne.

Le 29 mars 2017, le train avait déraillé en gare de Berne. Image: Keystone

Galerie photo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le profil du rail de la lame d'aiguillage était «trop faiblement dimensionné» pour faire face aux contraintes élevées provoquées par un trafic fréquent, en particulier avec les trains à deux étages», indique le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE) dans son rapport publié mardi.

Combiné aux dommages déjà existants et à son affaissement, le rail n'a pas pu résister aux charges. Selon la base de données des CFF, l'aiguillage concerné est utilisé 51'000 fois par an. Le profil de rail installé à cet aiguillage n'aurait dû être utilisé qu'avec de faibles charges ou dans des cas exceptionnels. Mais avec 140 passages par jour, la valeur d'une «faible charge» a été dépassée, écrit le SESE.

Le profil du rail utilisé correspond certes aux spécifications internes des CFF. Le SESE recommande toutefois lors d'une rénovation de la voie d'utiliser un profil de rail plus large et plus résistant à hauteur de cet aiguillage.

Dommages invisibles

Les CFF n'ont pas pu constater les dommages déjà existants – une «rupture de fatigue» – lors des différents contrôles. L'examen par ultrasons n'a techniquement pas permis de détecter les zones extérieures et le dessous du patin du rail.

Lors des inspections périodiques, l'accent a été mis sur les dommages à la surface du rail. Le patin du rail n'avait en outre pas encore été considéré comme un point faible. Les valeurs limites d'affaissement de l'aiguillage n'avaient pas été dépassées.

Les CFF ont eux-mêmes décrit le déraillement comme un «cas isolé», résultant d'une combinaison de facteurs, à savoir les dommages déjà existants, l'affaissement de l'aiguillage et la surcharge de la voie. Pour éviter un nouveau cas, l'ex-régie fédérale teste actuellement un nouveau modèle d'aiguillage avec un profil de rail plus large. Elle a également procédé à des mesures supplémentaires des aiguillages dans les gares.

Pas de blessés

Le 29 mars 2017, un convoi de la compagnie du BLS était sorti des voies en quittant la gare de Berne. Aucun wagon ne s'était toutefois couché sur la voie. Il n'y avait pas eu de blessés, mais le trafic avait été fortement perturbé.

Nonante passagers se trouvaient dans le train lors de l'accident. Ils avaient pu quitter les wagons et regagner la gare de Berne à pied sous la conduite du personnel ferroviaire. Les CFF ont estimé les dommages à un million de francs.

Il s'agit du deuxième cas connu de rupture de lame d'aiguillage. La première s'était produite en 2009 sur un autre aiguillage de la gare de Berne. Elle n'avait toutefois pas provoqué de déraillement. (ats/nxp)

Créé: 16.07.2019, 19h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.