Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

France Le tueur Michel Fourniret confronté à son ex

Le tueur en série Michel Fourniret retrouve Monique Olivier, son ex-femme, devant une juge ce vendredi pour d'autres meurtres.

Michel Fourniret va être confronté à son ex-femme chez le juge. Une première entre le couple depuis onze ans. (Photo prise en 2008)

Michel Fourniret va être confronté à son ex-femme chez le juge. Une première entre le couple depuis onze ans. (Photo prise en 2008) Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une première depuis onze ans: le tueur en série français Michel Fourniret, qui a récemment reconnu deux nouveaux meurtres, retrouve vendredi son ex-femme Monique Olivier dans le bureau de la juge d'instruction, qui veut confronter leurs versions.

Les deux ex-époux devaient être entendus à partir de 10h, selon l'avocat de Mme Olivier, Me Richard Delgenes.

La juge d'instruction parisienne espère ainsi obtenir plus d'informations sur les meurtres de deux jeunes femmes commis dans le département de l'Yonne (centre-est) dans les années 1990, que Fourniret, aujourd'hui âgé de 76 ans, a reconnu en février, après les avoir niés dans le passé: ceux de Joanna Parrish et de Marie-Angèle Domece.

Le 17 mai 1990, le corps nu de la Britannique Joanna Parrish, alors assistante d'anglais au lycée Jacques-Aymot d'Auxerre, avait été retrouvé à Monéteau. La jeune femme de 20 ans avait été violée et battue avant sa mort.

Marie-Angèle Domece, handicapée mentale, avait pour sa part disparu le 8 juillet 1988 dans l'Yonne, à 19 ans. Son corps n'a jamais été retrouvé.

A deux reprises, Monique Olivier avait attribué les meurtres des deux jeunes femmes à Michel Fourniret, avant de se rétracter par la suite.

Entendu en février et mars dans le cadre de l'enquête menée par la juge d'instruction parisienne Sabine Khéris, Michel Fourniret avait livré des «aveux réitérés» pour ces deux nouveaux crimes.

Comme de coutume, celui qui est surnommé «l'ogre des Ardennes» s'était montré très mystérieux lors des interrogatoires. «Si ces personnes n'avaient pas croisé mon chemin, elles seraient toujours vivantes», a-t-il déclaré lors d'une de ces auditions de février dont l'AFP a eu connaissance. Mais il n'a rien livré sur les circonstances des meurtres, ni sur le lieu où pourrait se trouver le corps de Marie-Angèle Domece.

Fouilles infructueuses

Fin septembre-début octobre, des fouilles ont été menées dans l'Yonne. Michel Fourniret et Monique Olivier ont été amenés tour à tour sur les lieux mais les fouilles n'ont rien donné, selon une source proche de l'enquête. Des recherches ont notamment été entreprises à Auxerre, Monéteau, sur un terrain familial à Saint-Cyr-les-Colons et un bois proche du village.

Michel Fourniret avait été mis en examen le 11 mars 2008 pour les enlèvements et les assassinats de ces deux jeunes femmes avant de bénéficier dans ce dossier d'un non-lieu le 14 septembre 2011. Mais l'affaire avait été relancée en juin 2012 quand la cour d'appel de Paris avait annulé ce non-lieu et demandé aux juges de rouvrir l'instruction sur la base de nouvelles pistes, suscitant les espoirs des parties civiles.

Depuis qu'elle a repris en main le dossier, la juge Sabine Khéris tente de comprendre les ressorts psychologiques du tueur et de faire parler la mémoire du septuagénaire sur ces faits vieux de plus de 30 ans.

Selon les avocats des familles des deux jeunes filles, la magistrate pourrait clore l'instruction à la fin de l'année, ouvrant la voie à un nouveau procès d'assises courant 2020.

Michel Fourniret a été condamné en 2008 aux assises à la perpétuité incompressible pour sept autres meurtres. Monique Olivier a, elle, écopé de la perpétuité, accompagnée d'une mesure de sûreté de 28 ans, pour sa complicité dans cinq meurtres.

Le tueur en série sera par ailleurs jugé par la cour d'assises des Yvelines (région parisienne) en novembre pour l'assassinat crapuleux en 1988 de l'épouse d'un ex-codétenu, Farida Hammiche, qui lui avait permis de faire main basse sur le magot du «gang des postiches».

Monique Olivier, 69 ans, sera jugée pour complicité. Le couple, qui a divorcé en 2010, devra également répondre de recel. (ats/nxp)

Créé: 19.10.2018, 08h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.