Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 22:53

Morbide Un cadavre découvert sous un tas de ferraille au Sépey (VD)

Un quinquagénaire qui vivait dans le village des Ormonts a été retrouvé sans vie samedi 29 juin. Son fils s'inquiétait de sa disparition depuis un mois. Meurtre ou accident? L'enquête le dira.

Samedi 29 juin: le corps du malheureux a été découvert non loin de la gare du Sépey (VD). Il gisait près du garage du bus postal, juste après la galerie (en arrière-plan à dr.) qui passe sous la route cantonale Aigle-Les Mosses.

Samedi 29 juin: le corps du malheureux a été découvert non loin de la gare du Sépey (VD). Il gisait près du garage du bus postal, juste après la galerie (en arrière-plan à dr.) qui passe sous la route cantonale Aigle-Les Mosses. Image: Wikipédia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Sépey, dans la petite commune d'Ormont-Dessous, ce ressortissant d'Amérique du Sud d'un peu plus de 50 ans y vivait seul une existence sans histoire, paisible et discrète, nous dit-on. Ceux qui le connaissaient se souviennent de son prénom A*, pas davantage. C'est ainsi qu'ils l'appelaient. Ponctuellement, il passait chercher une bière à l'emporter à l'hôtel-restaurant Le Cerf, sans pour autant être un habitué des lieux. A priori, il était uruguayen.

Étrange absence

Début juin, son fils, inquiet de ne plus pouvoir joindre son père téléphoniquement, est monté aux Ormonts. Il n'a trouvé personne à son appartement, qui était parfaitement rangé. Comme si l'Ormonan d'adoption s'était absenté momentanément. Une situation qui a paru bien étrange au fils du quinquagénaire et a accru ses craintes au point de se rendre à la police pour signaler sa disparition. Pas d'appel à témoin lancé dans les médias, mais un signalement à l'interne à l'attention des forces de l'ordre.

«Notre chauffeur l'a trouvé»

Samedi en fin de journée, c'est un habitant de la région qui a fait la macabre découverte: un chauffeur des Transports publics du Chablais (ndlr. les TPC sont mandatés par CarPostal pour effectuer les transports régionaux). «Notre chauffeur a effectivement trouvé quelqu'un derrière le garage que nous louons à un privé pour notre bus. Il a immédiatement alerté la police», confirme le sous-directeur des TPC, Pascal Fivaz.

Incommodé par une odeur nauséabonde à l'extérieur alors qu'il était entre deux courses de bus, le conducteur a cherché à en connaître la raison, pensant à un chat ou à renard mort ou à n'importe quel autre bête. Au lieu de cela, il s'est retrouvé nez à nez avec un bout de jambe qui sortait d'un amas de ferraille, situé derrière un container. Ce dépôt de bus se situe en contrebas de la gare du Sépey, non loin du collège intercommunal des Ormonts et du lieu d'habitation du disparu.

«Toutes les hypothèses sont ouvertes»

Le cadavre du défunt était fortement détérioré. Il a été acheminé au Centre universitaire romand de médecine légale (CURML) à Lausanne où les médecins légistes vont pouvoir commencer leurs investigations. Le procureur de service de ce week-end, Jean-Marie Ruede, est en charge de cette mystérieuse affaire «où toutes les hypothèses sont actuellement ouvertes et étudiées». «Il était inconnu des services de police et avait des papiers en règle», précise encore le magistrat. Personne ne peut dire en l'état s'il travaillait ou pas.

Un accident? La topologie des lieux pourrait s'y prêter, l'homme aurait pu mal tomber d'un mur qui se trouve près de ce garage. Un meurtre et, partant, l'intervention d'un tiers ou de tiers? L'examen externe de la dépouille n'a pas permis de révéler le moindre début de conclusion: impact de balles, lésions dues à un objet contondant ou tranchant, blessures résultant d'une chute. Une mort volontaire? Impossible pour les experts de se prononcer à ce stade extrêmement précoce de l'enquête. Les analyses toxicologiques livreront aussi leur secret.

Autorités pas informées

Lundi, au Sépey, personne n'était au courant de ce tragique évènement. Pas même les autorités que nous avons informées en les contactant. Au Cerf, par contre, l'équipe du service et les fidèles clients, non seulement savaient, mais voyaient parfaitement de qui il s'agissait. Passablement choqués, ils n'ont pas souhaité s'exprimer sur le drame qui touche l'un des leurs.

evelyne.emeri@lematin.ch

*Identité connue de la rédaction

Créé: 02.07.2019, 06h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.