Lundi 17 juin 2019 | Dernière mise à jour 09:12

Justice Un inspecteur vaudois accusé de corruption et d'abus d'autorité

Un fonctionnaire de la Police du commerce de l'Ouest lausannois est soupçonné d'avoir fourni des avantages à un restaurateur en échange d'autres privilèges.

Le fonctionnaire comparaîtra le mardi 18 juin à Lausanne. Contacté par «Le Matin», il ne souhaite pas s'exprimer avant l'audience.

Le fonctionnaire comparaîtra le mardi 18 juin à Lausanne. Contacté par «Le Matin», il ne souhaite pas s'exprimer avant l'audience. Image: polouest.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'affaire sera jugée dans quelques jours au Palais de Justice de Montbenon. En charge du dossier, le premier procureur de Lausanne, Bernard Dénéréaz, a retenu trois infractions pénales à l'encontre de cet inspecteur de la Police du commerce de la Police de l'Ouest lausannois (PolOuest): la corruption passive, l'abus d'autorité et la violation du secret de fonction. Les faits, dont le père de famille est suspecté, courraient sur une période de trois ans, soit de 2013 à 2016.

Le prévenu aurait sollicité et accepté des avantages indus pour l'exécution d'actes en relation avec son activité officielle. En se procurant ces privilèges illicites ou en les procurant à un tiers, il aurait ainsi abusé des pouvoirs de sa charge. Enfin, il aurait usé de sa position pour informer ce même tiers et lui révéler des informations, frappées du sceau du secret, outrepassant son devoir de réserve et de confidentialité.

Contrôles de police vs chambres d'hôtel

«Ce fonctionnaire s'est lié d'amitié avec le gérant d'un établissement public à Renens. Il lui est reproché d'avoir franchi la ligne rouge, d'avoir fait un mélange des genres et d'avoir fourni des avantages en échange d'autres avantages», explique le procureur Bernard Dénéréaz. «Des passe-droits qui sont répréhensibles de l'avis du Parquet.»

«Le fonctionnaire s'est proposé d'aviser le restaurateur s'il entendait qu'un contrôle de police était prévu», détaille le représentant du Ministère public. «En échange, notamment, le restaurateur prêtait à l'accusé et à sa maîtresse une chambre d'hôtel dans un autre de ses établissements publics au bord du lac. Il y a aussi eu des irrégularités dans des procédures relatives à des établissements publics et, en contrepartie, des cadeaux.»

Confondu par une enquête parallèle

Comment ces petits arrangements entre les deux amis ont-ils été découverts? Ils seraient apparus dans le cadre d'une autre enquête en cours d'instruction, affirment plusieurs sources proches de ce dossier parallèle. Le procureur Dénéréaz ne confirme pas. Toujours selon nos informations, d'autres individus seraient dans le viseur de la justice vaudoise. Dont l'hôtelier qui a bénéficié des faveurs du collaborateur de PolOuest et offert, en compensation, les chambres de son hôtel-restaurant situé en bordure de plage près de Morges.

No comment du prévenu

Contacté sur son lieu de travail, l'accusé ne fait aucun commentaire. Il a également demandé à son avocat lausannois, Me Jérôme Reymond, d'en faire autant. Son casier judiciaire est vierge, il comparaît devant un Tribunal de police, limité à des peines maximales de 12 mois. En revanche, s'il est condamné, quelle que soit la quotité de la sanction, l'inspecteur de la Police du commerce pourrait écoper de sanctions administratives émanant de son employeur. Dans l'attente du verdict, présumé innocent, il n'a pas été suspendu. Il est en poste à PolOuest depuis plus de dix ans.

evelyne.emeri@lematin.ch

(Le Matin)

Créé: 06.06.2019, 06h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.