Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 19:30

Japon La veuve noire cherchait sa prochaine victime

Chisako Kakehi a été arrêtée mercredi alors que son quatrième mari était en train de mourir. Elle a touché un total de 6,4 millions de francs après les décès.

Lors de perquisitions à son domicile jeudi à Kyoto, la police a trouvé des traces de cyanure dans la poubelle.

Lors de perquisitions à son domicile jeudi à Kyoto, la police a trouvé des traces de cyanure dans la poubelle. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une Japonaise de 67 ans soupçonnée d'éliminer ses compagnons pour faire main basse sur leur fortune était à la recherche d'une nouvelle victime alors que son quatrième mari mourait empoisonné au cyanure, a rapporté ce vendredi 21 novembre la presse locale.

Pactole de 6,4 millions de francs

Chisako Kakehi a été arrêtée ce mercredi pour le meurtre en décembre 2013 de Isao Kakehi, son époux de 75 ans. Mais les policiers enquêtent aussi pour savoir si elle n'a pas joué un rôle dans les morts mystérieuses de ses conjoints précédents.

Au fil du temps et des décès de ses partenaires, cette «veuve noire» présumée, qui nie farouchement être pour quoi que ce soit dans leur destin funeste, a hérité d'un total d'un milliard de yens (6,4 millions de francs), en assurance vie, biens immobiliers et dépôts bancaires.

Mais cette ancienne employée de banque, qui détenait des dizaines de comptes bancaires sous des noms différents, avait perdu une grande partie de sa fortune après des placements financiers malheureux, a rapporté le journal Yomiuri. Quand elle a épousé Isao Kakeki, elle était endettée jusqu'au cou, explique l'agence Jiji.

Sept hommes ont connu la mort

D'après le journal Asahi, qui cite des sources policières, la veuve noire présumée a eu pendant 20 ans des relations avec une dizaine d'hommes, dont sept sont passés de vie à trépas. Elle avait rencontré la plupart d'entre eux par l'intermédiaire d'agences matrimoniales, qui lui présentaient des hommes «âgés», fortunés, sans enfants et vivant seuls.

Son dernier mariage ne l'a pas empêchée de partir en chasse, explique Jiji, disant qu'elle avait organisé un «rendez-vous matrimonial» peu après avoir dit oui à son promis. Le Nikkan Sports Daily explique qu'elle était en relation avec plusieurs hommes au moment du dernier décès.

Lors de perquisitions à son domicile jeudi à Kyoto, la police a trouvé des traces de cyanure dans la poubelle.

La Japon, habitué des veuves noires

L'enquête avait démarré lorsque la police a décidé d'autopsier le quatrième mari, après s'être rendu compte que le précédent petit ami de la suspecte était décédé subitement en septembre 2013 après un dîner au restaurant.

La police la soupçonne désormais d'avoir pu provoquer la mort de six de ses conjoints.

Le Japon a déjà connu quelques affaires de «veuves noires», baptisées ainsi car leur comportement rappelle celui de la femelle d'une espèce d'araignée, réputée manger le mâle après l'accouplement.

En 2012, Kanae Kijima avait été condamnée à mort pour le meurtre de trois hommes rencontrés sur internet. Elle empoisonnait ses victimes au monoxyde de carbone après les avoir préalablement endormies à l'aide de somnifères. La décision en appel doit être rendue prochainement.

Miyuki Ueta, ancienne hôtesse de bar, est elle aussi dans l'attente d'un arrêt de la Cour suprême après sa condamnation à mort pour le meurtre de deux hommes.

(afp/nxp)

Créé: 21.11.2014, 09h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.