Jeudi 24 mai 2018 | Dernière mise à jour 00:01

France Un youtubeur condamné dans une affaire de terrorisme

Le jeune homme avait notamment reçu une vidéo annonçant l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, où le père Hamel a été égorgé, en juillet 2016.

Le prévenu était connu sur Youtube pour ses sketchs humoristiques avec son personnage «Mamadou Segpa».

Le prévenu était connu sur Youtube pour ses sketchs humoristiques avec son personnage «Mamadou Segpa». Image: Capture Youtube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Omar, 20 ans, s'était fait connaître sur la Toile grâce à ses pastilles humoristiques et était suivi par des milliers d'internautes.

Mais selon LCI, le youtubeur derrière le personnage de «Mamadou Segpa» a été condamné vendredi dernier par le tribunal correctionnel des Yvelines (F) à cinq ans de prison pour association de malfaiteurs à visée terroriste.

Il lui est notamment reproché des velléités de départ en Syrie, des échanges avec des membres de la propagande djihadiste ainsi que le téléchargement de nombreux fichiers tels que des images d'attentats.

Le 23 juillet 2016, le jeune homme a également reçu une vidéo dans laquelle un individu annonce «une attaque dévastatrice » en France, prêtant allégeance à l'État islamique. Le lendemain, la police débarque chez lui pour une perquisition et saisit la vidéo.

L'homme sur les images est alors identifié comme étant Abdel Malik Petitjean, qui égorgera deux jours plus tard, en compagnie d'un autre djihadiste, le père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray (F). «Je culpabilise, a confié le prévenu, si j'avais dénoncé cette vidéo à la police, peut-être que le prêtre serait encore en vie.»

Passionné de vidéo, Omar était pourtant un jeune homme sans histoires. S'il n'estime pas s'être radicalisé «religieusement», il reconnaît néanmoins avoir été sensible aux arguments de l'EI. «On va dire que c'était une radicalisation cinématographique», explique-t-il.

En visionnant régulièrement les images relayées par l'État islamique, le jeune homme, «drogué» à la violence des images, a donc commencé à adopter «le même discours». «À force, j'étais fasciné par Daech», raconte-t-il. «Il n'y a aucune différence entre la cocaïne et les vidéos de Daech, à chaque fois on veut savoir ce qui va se passer.» (Le Matin)

Créé: 04.12.2017, 11h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.