Mercredi 21 août 2019 | Dernière mise à jour 00:58

Insolite Les coulisses du pénis céleste de la Navy révélées

En 2017, un équipage américain faisait scandale en dessinant un sexe avec son avion. L'enregistrement radio vient d'être dévoilé.

Le pilote a soigneusement expliqué ce qu'il allait faire: d'abord un huit, puis partir sur la gauche pour le «manche».

Le pilote a soigneusement expliqué ce qu'il allait faire: d'abord un huit, puis partir sur la gauche pour le «manche». Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les missions d'entraînement aérien peuvent réserver des surprises. Certaines ne sont pas du tout du goût de l'état-major. Comme le fameux pénis géant dessiné dans le ciel de l' État de Washington, sur la côte ouest des États-Unis, en ce 16 novembre 2017. Ce jour-là, une femme fait parvenir à la station de radio KREM2 des photos qu'elle vient de prendre et sur lesquelles on voit très clairement un tracé aérien en forme de sexe masculin, testicules compris. Cette mère de famille est très fâchée, jugeant l'image obscène et s'offusquant d'avoir dû expliquer à ses enfants ce qu'elle représentait.

Rapidement alertée, la Navy, qui possède une base près de là, à Whidbey Island, a mené l'enquête et découvert que les responsables venaient bien de chez elle. Il s'agissait de l'équipage de l'un de ses avions EA-18G Growler qui avait fait cela pour s'amuser. La Navy a dû publiquement s'excuser, qualifiant ce comportement d'inacceptable. Les noms des coupables ainsi que la sanction prise à leur égard n'avaient pas été communiqués, mais l'incident avait fait grand bruit, allant jusqu'à la vente de verres à shot commémorant l'oeuvre céleste. Mais le pourquoi et le comment de cette étrange figure aérienne n'avaient pas été dévoilés. Jusqu'à ce mardi.

Les verres à shot commémorant l'événement. Capture ww.cafepress.com

Le «Navy Times» est parvenu à se procurer une copie du rapport d'enquête, dont l'enregistrement de la conversation tenue par l'équipage du jet qui répondait au nom de code «Zapper 21». Lors de ce vol d'entraînement qui devait durer 90 minutes, le lieutenant responsable du vol a soudain proposé à son pilote, lieutenant lui aussi: «Dessine un pénis géant, ce serait génial.» «Qu'avez-vous fait pendant votre vol? Oh, des pénis célestes», rigole le pilote qui a reconnu, dans le rapport, que sa première réaction avait été de refuser, parce que c'était mal. Mais que, pour des raisons qu'il ne s'explique toujours pas, il avait finalement décidé de le faire.

«Je vais d'abord faire un huit»

«Je pourrais en dessiner un, ce serait facile, déclare alors le pilote. Je vais d'abord tracer un huit, puis descendre et quitter la traînée avant de faire la suite. Ce serait tellement drôle. L'avion de ligne qui rentre à Seattle et qui voit ce gros pénis. On pourrait presque dessiner une veine au milieu, aussi.» «OK, fais-le!», dit l'officier.

Et le ballet aérien commence: «Les boules vont être un peu déséquilibrées, juge le pilote. Voilà, elles sont terminées. Je vais devoir naviguer pour faire le manche.» «De quel côté sera-t-il?» demande l'officier. «À gauche.» «Il va être grand!,» s'exclame l'officier. «Je ne veux pas que cela ressemble à trois boules.» «Faisons-le. Oh, la tête de ce pénis va être grosse!» «J'imagine le satellite météo chinois qui est en train de se demander ce que c'est. Prenons du recul pour jeter un coup d'oeil.» «J'ai l'impression que les boules se seront dissipées d'ici-là», estime l'officier.

Le dessin ne s'efface pas

Mais il se trompe. Après avoir admiré leur œuvre et pris des photos qu'ils se jurent de rapidement effacer, puis reçu des félicitations de leurs camarades d'escadrille, les deux hommes s'aperçoivent avec effroi que leur dessin ne disparaît pas le moins du monde et reste au contraire parfaitement visible dans le ciel. Le pilote tenter alors de brouiller la figure en faisant de nouvelles traces, mais cela ne fonctionne pas et, bientôt à court de carburant, il doit rentrer à la base.

«Ils ne recommenceront pas»

Face à une hiérarchie furieuse, les deux lieutenants se sont platement excusés. Et, bien que la Navy fut grandement embarrassée et que cette affaire lui ait causé du tort, déclenchant une polémique sur l'utilité des vols d'entraînement, les responsables de cette grosse gaffe pas ne furent pas punis sévèrement en raison de leurs bons états de service. Le rapport conclut: «Ils doivent être tenus 100% responsables mais, s'ils sont autorisés à continuer dans l'aviation navale, ce n'est pas une erreur qu'ils répèteront.»

L'enregistrement du vol est disponible sur YouTube.

Créé: 16.05.2019, 09h12

En direct de Twitter avec @lemondedekaro et @Fluckskywalker





S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.