Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:44

Découverte Jasper Steverlinck, l'une des plus belles voix de Belgique

L'ancien leader d'Arid, qui a connu le succès dans les années 1990, séduit par son timbre et sa mélancolie en solo. Il joue ce vendredi au Jazz Club. Rencontre.

Jasper Steverlinck interprète That's Not How Dreams Are Made» en français. Images: Laura Juliano. Photo: Sébastien Anex.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Originaire de la ville de Gand, au nord-ouest de Bruxelles, Jasper Steverlinck, avec ses cheveux mi-longs frisés, a des faux airs du chanteur italien Richard Cocciante. Mais ce n'est pas là son principal atout. Les médias flamands disent de lui qu'il est l'une des plus belles voix de Belgique. On a eu la confirmation en live, Jasper Steverlinck ayant accepté de jouer pour nous le titre «That's Not How Dreams Are Made», tiré de son 2e album, «Night Prayer». Et spécialement en français.

Ancien leader du groupe de rock Arid, Jasper Steverlinck, 43 ans, est désormais en solo et jouera vendredi avant Melody Gardot, au Montreux Jazz Club.

Vous êtes passé des morceaux très produits, avec beaucoup d'instruments au sein d'Astrid, à quelque chose de très épuré. Pourquoi?

Toutes les chansons que j'aime sont très épurées. Dans le passé, les artistes n'avaient pas d'ordinateur ou d'autotune. Pour moi, c'était très important d'enregistrer mes morceaux de la même manière. Sur mon album «Night Prayer», les gens entendent bien les paroles et j'ai l'impression que ça les touche davantage quand il y a peu d'instruments. Je me suis cherché durant longtemps pour faire ce disque et j'ai remarqué qu'avec plus d'arrangements je perds l'émotion et la sincérité.

Jim Morrison est l'une de vos inspirations pour les paroles, c'est juste?

Oui, je suis un grand fan. J'ai découvert The Doors très tôt et, grâce à lui, j'ai lu beaucoup de poètes anglais, j'ai eu une fascination pour William Blake.

Il y a beaucoup de mélancolie dans votre musique. D'où vient-elle?

Je suis tombé dans la potion bébé comme Obélix. (Rires.) Je n'arrive pas à l'expliquer. Quand j'écoute des artistes, c'est leur mélancolie qui me touche, qui me fait réfléchir. Je suis un grand fan de Leonard Cohen, c'est une sorte de mentor pour moi. Même Stevie Wonder a de la mélancolie. En tout cas à mon avis. La même chose pour Jeff Buckley ou Bob Marley.

Jeff Buckley, justement. Votre voix est souvent comparée à la sienne. Quel est votre sentiment?

Le premier album d'Arid était déjà sorti que j'ai découvert Jeff Buckley, en 1996. J'ai lu une interview de lui et j'ai dit à ma copine de l'époque: je dois voir cet artiste! Il jouait du rock mais reprenait aussi de la musique classique. J'avais l'impression qu'il faisait les choses comme moi! Il était fan de Nina Simone pour les mêmes raisons que moi: il trouvait de la sincérité dans sa musique.

Un autre nom qui revient souvent quand on parle de votre voix, c'est celui de Freddie Mercury. Est-ce que vous la travaillez exprès?

Cela dépend des chansons que j'écris. Mais sur mon album je chante toujours au service de la chanson et pas pour la performance. Il ne contient pas de notes hautes comme Freddie Mercury les chante.

Enfant, comment vous en êtes venu à faire de la musique?

J'ai commencé très tard, à 16, 18 ans. Et seulement deux ans après le premier album d'Arid est sorti. Puis des gens de notre maison de disques ont suffisamment cru en nous pour nous faire tourner aux Etats-Unis.

Que retenez-vous de cette expérience aux Etats-Unis?

Beaucoup de choses. J'avais 21 ans et mes parents ne comprenaient pas ce que j'allais faire. Mais moi j'étais à New York, j'avais de l'argent. À Los Angeles, on est devenus amis avec les Counting Crows, j'étais à Hollywood quand ils ont enregistré leur 3e album. Adam Duritz, leur chanteur, m'a emmené en tournée avec lui en Europe. J'étais très fier, car il était fan de mes paroles. J'ai vécu des choses bizarres partout, c'était une période où les maisons disques avaient du budget. J'ai appris beaucoup de choses en voyant des artistes plus importants que moi.

Créé: 05.07.2019, 06h45

En direct de Twitter avec @lemondedekaro et @Fluckskywalker





Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.