Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:00

Rencontre Lolo Zouaï, 7 dollars en banque et 1 million de streams

La chanteuse a hypnotisé le Montreux Jazz lundi avec sa voix suave et ses titres mélangeant l'anglais et le français. La Franco-Algérienne, qui vit aux Etats-Unis, retranscrit parfaitement son identité dans son art et n'a jamais abandonné son rêve.

Enfant, Lolo Zouaï écoutait beaucoup Céline Dion, Mariah Carey ou encore les Destiny's Child.

Enfant, Lolo Zouaï écoutait beaucoup Céline Dion, Mariah Carey ou encore les Destiny's Child. Image: Sébastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le R'n'B n'est pas mort. Lolo Zouaï l'a prouvé lundi soir avec son show au Liszto Club. En 45 minutes, elle a chanté plusieurs titres de son album «High Highs To Low Lows», un disque qui totalise déjà plus de 20 millions d'écoutes sur Spotify. «C'est un rêve de jouer à Montreux. J'ai vu que des grands de la musique, comme Etta James, sont venus ici. C'est un honneur d'y être invitée», nous a-t-elle raconté avant de monter sur scène. Surprise de dernière minute, elle a même pu chanter un duo avec Shania Twain, qui est venue la voir dans les loges. «C'est vraiment le meilleur jour de ma vie.»

C'est dans la langue de Molière, qu'elle nous répond, très à l'aise. Il faut dire que la jeune femme est née à Paris d'une mère française et d'un père algérien, mais n'a quasi pas habité en Europe. Ses parents ont gagné une green card, alors qu'elle n'avait que 3 mois, et ils n'ont plus quitté les Etats-Unis.

Les divas bercent son enfance

Un mélange d'origines qui se ressent parfaitement dans sa musique. Une passion qui l'a fait vibrer depuis son enfance. «Je chantais et j'écrivais beaucoup à la maison», se remémore-t-elle. Ses premiers souvenirs datent de ses 7 ans, lorsque ses professeurs la choisissaient pour chanter des solos. «C'est à ce moment-là que je me suis dit que j'étais peut-être douée.» Elle raconte qu'elle passait des heures à écouter des sons R'n'B et pop à la radio: «Surtout les artistes populaires, comme Mariah Carey, Céline Dion, Christina Aguilera. Toutes les divas... et, bien sûr, les Destiny's Child.»

Quand on lui demande si elles l'ont toutes influencée, elle explique: «Je ne sais pas, cela vient assez naturellement. Je fais juste ce qui me fait plaisir et à la fin les gens aiment trouver des similitudes.» Souvent décrite comme la nouvelle Angèle internationale ou comparée à des chanteuses américaines dont elle taira les noms, elle dit ne pas comprendre ces rapprochements: «Quand on est une femme qui débute dans la musique, on veut toujours vous mettre une étiquette. Alors qu'il y a de la place pour tout le monde.»

Sept dollars et un million de streams

Pourtant, Lolo Zouaï a un style bien singulier. Personne ne mélange l'anglais et le français (même l'arabe) comme elle. Une manière d'écrire qui a été réfléchie: «Je me demandais ce que je pouvais faire pour rendre ma musique plus authentique. Un été, je suis allée à Paris et l'idée m'est venue. Je ne trouvais plus les mots en anglais et j'ai décidé de les dire en français», explique-t-elle.

C'est à ce moment-là qu'elle écrit «High Highs To Low Lows, le premier titre qu'elle met sur Spotify et qui rencontre un beau succès. Elle y parle entre les lignes des difficultés qu'elle a rencontrées dans l'industrie musicale. «C'est dur de se construire une carrière. Cela prend du temps. Il y a un moment où j'avais sept dollars sur mon compte et plus d'un million de streams. C'était frustrant, mais j' ai continué de travailler dans un restaurant à côté et je n'ai rien lâché», raconte Lolo.

Un titre pour H.E.R.

Sa motivation a fini par payer. Il faut savoir que la chanteuse a aussi connu la réussite en tant qu'auteure. Elle a écrit «Still Down» avec H.E.R pour son dernier disque éponyme. «On est amies et on travaillait dans le même studio. On avait le même producteur. C'est super cool de voir que sa carrière a décollé.» Lorsque H.E.R. gagne le Grammy du meilleur album R'n'B cette année, Lolo Zouaï est dans son lit en train de regarder l'émission. «Je pleurais parce que j'étais tellement fière d'elle. Je connaissais toute l'équipe, ça m'a fait très plaisir», décrit-elle.

Si elle continue sur ce chemin, elle assistera probablement à la prochaine cérémonie en tant que nominée. Ou la verra-t-on aux Victoires de la musique? Le dernier titre de son album, «Beaucoup», est un bijou guitare-voix totalement en français. «J'aime énormément la musique française des années 1960», dit-elle. Elle cite notamment Serge Gainsbourg avant de préciser: «L'album est de manière générale très produit et je voulais terminer par un morceau un peu intemporel. C'était un challenge.» Mais ne lui demandez pas d'écrire un album entier en français. «Peut-être quand j'aurais 40 ans», rigole-t-elle. En attendant, elle n'a sans doute pas fini de faire parler d'elle.

Créé: 09.07.2019, 12h56

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

En direct de Twitter avec @lemondedekaro et @Fluckskywalker





Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.