Mardi 15 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:11

Coup de coeur Billie Bird a l'honneur d'ouvrir le 44e Paléo Festival

La Lausannoise joue aujourd'hui à 16 h 30 au Club Tent. Elle nous parle de ce grand rendez-vous, du temps qu'elle aime prendre pour composer sa musique et dévoile un extrait de sa folk pop sensuelle.

Billie Bird interprète pour nous «Le ressac», tiré de son EP «La nuit», un morceau qu'elle décrit comme lumineux. «Il parle du mouvement incessant de la mer. J'aime bien les images qui peuvent être interprétées de plusieurs manières», explique-t-elle.
Vidéo: tournage et montage: Laura Juliano

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le temps écrit sa musique», scande Alain Bashung dans «L'irréel». Billie Bird a pris le temps d'écrire la sienne. Et ça lui réussit. En 2013, la Lausannoise sort trois morceaux folk en anglais. Ce n'est que début 2018 qu'elle dévoile le 4 titres pop «La nuit», salué notamment par «Les Inrockuptibles», en France. Un an plus tard, la chanson «Les déferlantes» et sa pincée de sons 80s tourne autant sur Couleur 3 qu'Option Musique.

Aujourd'hui, toujours pas d'album dehors, mais à 16 h 30 c'est à elle que revient l'honneur d'ouvrir la 44e édition du Paléo. Une date dont tout son entourage lui parle, nous raconte Billie Bird en visite à la rédaction du «Matin» il y a deux semaines. Elle est alors autant excitée par la nouvelle saison 3 de «Stranger Things» que par son concert. «J'ai l'impression de reconnaître les personnages un peu partout autour de moi quand je me balade en ville!» hallucine-t-elle. Eleven, Mike et les autres personnages de la série ne seront pas là, ce soir, sous le Club Tent. Mais on imagine bien Billie Bird déguster son premier Paléo comme s'il s'agissait d'une belle boîte de gaufres.

Billie Bird, que représente pour vous ce concert au Paléo?

C'est un accomplissement. J'ai un peu peur, mais je suis très fière et je dois dire que j'en rêvais. J'avais envie de le faire ce Paléo. Et il est là!

Que découvriront les spectateurs?

Beaucoup de choses différentes. J'aime l'idée d'avoir un set varié, avec des chansons fun, des chansons plus profondes, plus intimes, puis ça repart avec des guitares, des batteries, des choses intenses. Je danse, c'est vivant, c'est à mon image.

Dans votre musique, on entend du rock tropical, de la pop, des boîtes à rythmes, des arrangements 80s. Vous aimez tout mélanger?

C'est ça. C'est de la curiosité. J'aime bien expérimenter, voir comment une chanson sonne selon la forme que je lui donne. Une chanson peut avoir 1000 vies.

Vous avez eu votre première guitare à 9 ans. Qu'aimiez-vous jouer?

J'ai commencé par la guitare classique. Mais les cours m'ont assez vite ennuyée. J'avais envie de faire des chansons et de les chanter. Alors, j'ai appris quelques accords de base qui m'ont permise de faire beaucoup de morceaux par moi-même. J'ai découvert un guitariste californien, Michael Hedges, et à travers lui le tapping, les arpèges, le désaccordage. C'était fou! Aujourd'hui, ça fait encore partie de mon univers musical.

Vous avez d'abord écrit en français, puis vous êtes passée à l'anglais avant de revenir au français. Pourquoi?

J'ai commencé à écrire en français à 19 ans, des titres très intimes. Je n'avais pas de filtre. Mais les retours des gens et ce que je ressentais, c'était tellement intense que j'ai choisi de prendre de la distance avec cette musicalité très orale. Je me suis tournée vers l'anglais et ça correspondait aussi à la musique que j'écoutais. Je crois que ça m'a permise de me lancer. Aujourd'hui, je suis dans une période de ma vie où en tant que femme et en tant qu'artiste j'ai envie d'aller vers des choses plus profondes, plus transparentes, plus franches.

Vous avez sorti un premier EP en 2013 puis avez mis cinq ans à sortir un nouveau. Qu'est-ce qui s'est passé?

J'ai beaucoup tourné, puis j'ai mis six mois à composer la musique d'une pièce de théâtre. En 2015, j'ai eu besoin de faire une pause. Il y a eu beaucoup d'engouement très rapidement autour de Billie Bird et je voulais laisser tout ça se décanter. Aujourd'hui, je procède beaucoup plus vite. Mais, à l'époque, c'était mon fonctionnement. En 2016, je me suis remise à écrire et il y a eu l'enregistrement. Tout ça prend vite du temps.

Vous n'avez jamais eu l'envie d'accélérer tout ça en participant à un télé-crochet?

Quand j'étais encore aux études, j'ai eu à la fois une proposition de «The Voice» en France et une de «The Voice» en Suisse. Mais je ne me sentais pas à l'aise avec ça, j'avais besoin de d'abord développer mon identité d'artiste. Aujourd'hui, je me pose parfois la question. Quand je vois les carrières qui en sortent, la visibilité qu'on gagne, c'est un accélérateur d'opportunités ultra-intéressant.

On vous décrit comme féministe et engagée.

Je ne veux pas être réduite à ça. Mais je suis effectivement engagée. La musique est un milieu très masculin et je reconnais que ça n'a pas toujours été simple pour moi. Heureusement ça a tendance à changer. Il y a eu une prise de conscience générale, ces dernières années.

On parlait de la sortie d'un album pour 2019. Où en êtes-vous?

Il va y en avoir un. Même si je ne sais pas encore avec qui. Je vais sortir un nouveau morceau en septembre et probablement un autre en novembre. J'aime l'idée de pouvoir prendre mon temps. Comme je l'ai déjà dit dans une interview, je suis le bourgeon bio de la musique suisse. Mais plus ça va et plus ça va vite, plus c'est fluide et je me réjouis de la suite. J'ai envie de sortir un tas de trucs! (Rires.)

À découvrir: www.billiebird.net

Créé: 23.07.2019, 07h46

En direct de Twitter avec @lemondedekaro et @Fluckskywalker





Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.